Rebecca Hampton, sa rupture avec Serge Dupire (Plus belle la vie) : les raisons révélées, 15 ans après…

0
17

Déjà 20 ans que Rebecca Hampton incarne Céline Frémont dans Plus belle la vie. Lors des tournages de la célèbre série de France 3, elle a vécu la joie, la peine… et l’amour. En effet, la jolie blonde a été en couple avec un collègue, Serge Dupire, l’interprète de Vincent Chaumette. Le duo se donnaît la réplique au Mistral et a vécu en couple durant deux ans, entre 2004 et 2006. 15 ans après leur rupture, Rebecca Hampton fait de rares confidences sur le sujet auprès de nos confrères de Gala.

Pour l’actrice de 48 ans, une chose est sûre : c’est la presse qui a brisé sa relation. “J’avais dit à l’époque que la presse avait un peu tué notre histoire. C’était compliqué car on tombe amoureux, on vit un truc extraordinaire, et d’un coup, notre vie est dans les journaux, c’est très perturbant, regrette-t-elle. Ça a participé à la fin de cette histoire, puis, on se met à faire attention à tout.” D’ailleurs, depuis, Rebecca Hampton est devenue méfiante… “J’avais peur de tout et tout le monde. Ce n’était pas ma meilleure période, car je découvrais la presse“, avoue-t-elle.

Rebecca Hampton : Serge Dupire et Patrick Bosso, les hommes de sa vie

Mais heureusement, cette histoire avec Serge Dupire a une fin heureuse. La maman de la petite Eléa (7 ans), dont l’identité du père reste un mystère, a perdu un amoureux mais gagné un ami. “Ce qui me rend heureuse, c’est que Serge Dupire est toujours un ami très proche, et que c’est quelqu’un que j’aime très fort, différemment, mais très fort“, se conforte-t-elle. Et de conclure sur sa relation avec l’interprète d’un personnage emblématique de Plus belle la vie : “La presse aura eu raison de l’histoire d’amour mais pas de l’histoire d’amitié.

Rappelons qu’après cela, Rebecca Hampton a été en couple avec une autre star, l’humoriste et comédien Patrick Bosso. Là encore, l’histoire d’amour a fait le tour de la presse. De quoi perturber la belle qui, bien des années plus tard, avoue être “un peu” embêtée à l’idée que cette idylle soit évoquée…