Réclamant justice, elle honore, à Guantanamo, son frère mort le 11-Septembre

0
6
placeholder

Elizabeth Berry a décidé de passer le vingtième anniversaire de la mort de son frère – tué dans les attentats du 11-Septembre – à Guantanamo, où le procès du cerveau présumé des attaques a repris, espérant que justice soit enfin rendue.

“Je veux qu’il y ait un dénouement. Cet événement est arrivé il y a vingt ans. Et il a eu un impact profond sur moi, ma famille et les familles de près de 3.000 personnes”, explique la docteure à l’AFP.

Le procès de Khalid Sheikh Mohammed, cerveau autoproclamé des attentats, et de quatre autres accusés, a repris mardi à la prison militaire de Guantanamo, située sur l’île de Cuba, après 18 mois d’interruption en raison de la pandémie de coronavirus.

“Lors du vingtième anniversaire, c’est ici que je voulais être”, confie Elizabeth Berry. “J’ai ressenti de l’optimisme et un certain espoir que cela aille enfin de l’avant”.

Le 11 septembre 2001, son frère le capitaine des pompiers Billy Burke a été appelé en renfort aux tours jumelles du World Trade Center (WTC).

placeholder

Lui et les pompiers de son équipe étaient déjà montés jusqu’au 27ème étage de la tour nord lorsqu’ils ont entendu le bruit de la tour sud qui s’effondrait.

M. Burke a ordonné à ses collègues d’évacuer tandis qu’il restait sur place pour aider un homme paraplégique et son ami à sortir du gratte-ciel.

“Mon frère et ces deux hommes sont morts ensemble”, raconte Mme Berry.

Elle est venue régulièrement aux audiences du tribunal militaire, qui n’en sont toujours qu’aux prémices malgré neuf années de procédure.

– “Frustration” –

Psychologue clinicienne, elle aime aider d’autres proches de victimes qui se rendent à Guantanamo à digérer le procès et ses retards interminables.

“J’éprouve de la frustration”, dit-elle, notamment parce que des parents de victimes meurent sans jamais voir de conclusion à ce drame.

placeholder

“Comme vous le savez, le monde a tourné la page. Et beaucoup de gens aux Etats-Unis de nos jours, en particulier les jeunes, n’étaient même pas nés lorsque le 11-Septembre a eu lieu”, assure le Dr. Elizabeth Berry. “Donc ce n’est pas quelque chose dont on parle beaucoup désormais dans les médias”.

Elle se dit toutefois confiante dans le nouveau juge militaire présidant le procès pour faire avancer la procédure.

Il pourrait cependant s’écouler encore des mois, voire plus d’une année, avant que le procès n’entre dans sa phase décisive.

– Torture –

Les avocats de la défense ont déposé de nombreux recours pour obtenir des documents confidentiels que le gouvernement refuse jusqu’ici de livrer, concernant le programme de torture, les conditions de détention ou la santé des accusés.

placeholder

Ils dénoncent notamment des actes de tortures lorsque les accusés étaient aux mains de la CIA, pour faire invalider la plupart des preuves avancées par les autorités américaines.

Interrogée à ce sujet, Mme Berry préfère laisser la parole à son mari Paul, avocat à la retraite.

Selon lui, le tribunal a octroyé aux accusés plus de droits et d’équité en terme de procédure que dans toutes les affaires pénales qu’il a connues.

placeholder

“Les actions de ce pays, la façon dont ils récoltent des informations pour empêcher certains actes, seront toujours quelque chose qui fera l’objet de débats pour savoir si c’est bien ou mauvais”, souligne Paul Berry.

“Mais nous sommes ici pour assister au procès des terroristes et de leurs actes terroristes”, ajoute-t-il.

“Ce que ces terroristes ont fait pour assassiner les membres de notre famille doit être révélé au grand jour”, conclut-il.