Renaud : Une jolie fortune grâce à un contrat juteux

0
55

C’est un foulard rouge, c’est une rage contre les injustices, c’est un anticonformisme musical brut. Renaud est bien des choses. Mais à l’âge de 68 ans, le chanteur est aussi l’un des artistes français qui a le mieux mené sa barque. À la tête d’une discographie qui résonne dans le coeur de tous les Français, il est aussi l’heureux propriétaire d’une fortune colossale. Selon les informations du journal Le Figaro, son agent Bertrand de Labbey aurait conclu pour lui un contrat redoutable en 1985 avec la Warner, assurant ses arrières plus que de raison. Grâce à “Bébert le roi des gangsters“, comme il le surnomme, Mister Renard avait touché 18 millions de francs d’avance en signant les papiers et reçoit toujours 30% de royalties par album vendu. Une rente plus que confortable.

À lire aussi

Plus de 40 millions d’albums vendus

S’ajoutent à cette somme, déjà joliment rondelette, 300 000 euros de la part de la Société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique (Sacem) tous les ans. Un salaire mérité puisque Renaud a vendu plus de 40 millions d’albums en l’espace de quatre décennies, depuis son Amoureux de Paname en 1975. Et le musicien ne chôme jamais. À côté de sa carrière personnelle, il écrit, il compose, il participe. Ce qui explique qu’il puisse se permettre une extrême générosité avec son entourage. Dernièrement, il a par exemple financé le nouveau CD de Dave, son grand pote qui habite lui aussi à L’Isle-sur-la-Sorgue, dans le Vaucluse, et lui a carrément offert un tour dans les mythiques studios d’ICP de Bruxelles.

Il est plus vivant que jamais

Nouvelle résidence de choix pour Renaud. Du vendredi 16 octobre 2020 au dimanche 2 mai 2021, le chanteur sera mis à l’honneur à la Philharmonie de Paris à l’occasion d’une longue rétrospective intitulé Putain d’expo ! Ce parcours culturel, longeant son travail de A à Z, a été imaginé par ses proches dont son frère jumeau David. Mais il faudra attendre encore un peu avant que le principal concerné y passe une tête. Victime de sa consommation abusive de tabac, il se repose actuellement à la clinique du Pic Saint-Loup, au nord de Montpellier, en espérant dompter son emphysème pulmonaire. Sa fille Lolita Séchan veille à son chevet. “Il est plus vivant que jamais“, rassure d’ailleurs Nolwenn Leroy. Un peu de patience avant la visite guidée…