«Retour à l’expéditeur» : Dénoncer le trafic des carburants toxiques en Afrique

0
975

L’initiative choc est l’oeuvre d’une ONG suisse qui a décidé d’agir pour dénoncer les agissements néfastes et irresponsables des géants pétroliers dans les pays africains…

L’ONG Public Eye a déposé cette semaine un conteneur rempli d’air pollué provenant d’Afrique devant le siège de Trafigura à Genève, rapporte Le temps Suisse. Cette dernière est une entreprise de courtage pétrolier spécialisée notamment dans le courtage et le transport des matières premières.

L’opération baptisée  « Return to Sender » («Retour à l’expéditeur») tend à renvoyer aux géants leurs nombreux produits empoisonnés.

dirty-diesel-1
« Return to Sender » – Capture d’écran YouTube

Pour accompagner ce “cadeau”, l’ONG a remis au géant suisse du négoce une pétition de 19 071 signatures demandant l’arrêt de la production et de la vente en Afrique de carburants à haute teneur en soufre, néfastes pour la santé et non conformes aux standards européens.

Cette opération choc et pertinente est le fruit d’une campagne baptisée «Dirty Diesel» lancée le 15 septembre par l’ONG. Et elle agit concrètement pour rappeler le rôle prépondérant des opérateurs suisses dans ce commerce de produits toxiques allant des pays du nord vers le sud.

Sans scrupules, ces sociétés profitent de la faiblesse des normes sur le continent africain, et portent préjudice à la santé de ses habitants. Ce constat accablant et alarmant est le fruit d’une enquête approfondie menée par l’ONG concernant l’impact des opérateurs pétroliers suisses sur les pays africains. Le but ? Pousser ces mastodontes à s’engager à ne vendre que des produits adaptés aux normes européennes. Cette opération est très utile.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.