Roland-Garros: en plein blues, Monfils ne répond plus

0
64

Pour la première fois depuis quinze ans et ses débuts à Roland-Garros, Gaël Monfils a chuté dès le premier tour sur la terre battue parisienne lundi, symbole d’une reprise post-Covid-19 à l’opposé de son joli début de saison.

Neuvième mondial et meilleur Français, Monfils a donné lundi l’impression d’être perdu sur le court Suzanne-Lenglen, et a erré pendant plus de deux heures et demie, pour finalement s’incliner en quatre manches (6-4, 7-5, 3-6, 6-3) face au Kazakh Alexander Bublik (49e).

Demi-finaliste Porte d’Auteuil en 2008, “la Monf” (34 ans) est arrivé à Paris plein de doutes, après des revers d’entrée à Rome puis Hambourg, ses deux tournois de reprise après six mois de pause imposés par la pandémie de Covid-19. Il avait fait le choix de renoncer à la mini-tournée américaine (Masters 1000 de Cincinnati puis US Open) concentrée à New York.

En l’espace de quatre sets lundi soir, il a affolé les statistiques dans le mauvais sens: 58 fautes directes, 12 doubles fautes pour seulement cinq aces. Rédhibitoire, même contre Bublik qui n’a jamais dépassé le deuxième tour à Roland-Garros (2019).

– “Pas de mots” –

“Je n’ai pas de mots. C’est mon pire match (à Roland-Garros, NDLR). Je pense que ça s’est vu que je n’ai pas de très bonnes sensations en ce moment”, a commenté Monfils.

Et pourtant, même en jouant très mal, Monfils a eu des occasions: il a mené 3-0 dans la première manche, a compté deux fois un break d’avance dans le deuxième set, et a encore pris les devants dans le quatrième. Mais il est passé complètement à côté dans les moments clés, à l’image de ses trois doubles fautes commises alors qu’il servait pour le gain de la deuxième manche.

“Je ne joue pas bien, tout simplement. J’ai mal géré le moment, a-t-il reconnu. Forcément, je suis déçu.”

Ce revers d’entrée confirme la mauvaise passe du N.1 français depuis la reprise post-Covid-19. Sa saison avait pourtant démarré sur un très bon rythme, entre un huitième de finale à l’Open d’Australie, deux titres à Montpellier puis Rotterdam, et une demi-finale à Dubaï.

Mais depuis, la mécanique est grippée. “J’ai perdu le rythme”, a-t-il concédé.

Corentin Moutet, également battu au premier tour, n’a rendu les armes contre l’Italien Lorenzo Giustino qu’après 6h05 d’un combat homérique en cinq sets (0-6, 7-6 (9/7), 7-6 (7/3), 2-6, 18-16). Ce qui en fait le deuxième match le plus long de l’ère Open sur l’ocre parisien, derrière les 6h33 entre Fabrice Santoro et Arnaud Clément en 2004.

– Thiem et Nadal sereins –

A l’opposé du blues de Monfils, Dominic Thiem, lauréat de l’US Open il y a deux semaines et double finaliste sortant de Roland-Garros, a passé son premier test avec brio contre Marin Cilic (6-4, 6-3, 6-3), dans des conditions de jeu qui lui ont rappelé sa jeunesse.

“Je suis Autrichien, je sais ce que c’est de jouer dans ces conditions froides. Quand j’étais juniors et quand je jouais des Futures (la 3e division du tennis, NDLR), c’était tout le temps comme ça, dix, quinze degrés. J’adore quand le court n’est pas trop rapide et que j’ai du temps (pour poser mon jeu) en fond de court”, raconte-t-il.

Rafael Nadal, moins fan des conditions extrêmes de ce Roland-Garros automnal en raison de la pandémie de Covid-19, a rendu une copie très propre (6-4, 6-4, 6-2) face au Bélarusse Egor Gerasimov (83e).

S’il triomphait pour la treizième fois sur la terre battue parisienne, le Majorquin égalerait le record de couronnes en Grand Chelem (20) établi par Roger Federer (convalescent après une double opération du genou droit).

Bien moins à l’aise sur la terre battue parisienne que Rafael Nadal, le Russe Daniil Medvedev, 5e mondial, n’a toujours pas gagné la moindre rencontre à Roland-Garros en quatre participations. Lundi en fin de soirée, il a cédé face au Hongrois Marton Fucsovics (63e) en quatre manches (6-4, 7-6 (7/2), 2-6, 6-1).

A l’inverse de Thiem et Nadal, Serena Williams, legging, jupe et haut à manches longues noirs, a connu un décollage poussif. L’Américaine a eu besoin d’un set – long de 72 minutes – pour se mettre en jambes : menée 4-2, puis 5-4 service à suivre par sa compatriote Kristie Ahn (102e), elle s’en est sortie au jeu décisif. Ahn n’a plus inscrit le moindre jeu ensuite.

© 2020 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP.