Roman Polanski à nouveau face à la justice : une nouvelle plainte déposée contre lui

0
13

Les déboires judiciaires continuent pour BFMTV ce vendredi 8 octobre 2021, le cinéaste a été mis en examen l’été dernier pour diffamation, après le dépôt d’une plainte de l’ancienne actrice Charlotte Lewis. Cette Anglaise de 54 ans, qui accuse le réalisateur de l’avoir violée au début des années 1980, lui reproche une interview accordée à Paris Match en décembre 2019.

A ce moment là, Roman Polanski avait été nommé à de multiples reprises pour la cérémonie des César pour son film J’accuse. Nominations qui avaient suscité l’indignation à la lumière des accusations de viol qui pèsent sur le réalisateur depuis de nombreuses années. Auprès de Paris Match, le principal intéressé s’était défendu en affirmant qu’il n’est pas “un monstre”, tout en revenant sur plusieurs plaignantes, y compris Charlotte Lewis. Alors que cette dernière affirme avoir été violée lors d’une rencontre avec Roman Polanski à son domicile parisien, lorsqu’elle était un jeune mannequin en quête d’un rôle au cinéma, le réalisateur a crié au mensonge.

Anciennes coupures de presse à l’appui, il a tenté de démontrer que Charlotte Lewis – avec qui il a partagé le tournage du film Pirates en 1986 – se contredit au fil de ses interviews. “Voyez-vous, la première qualité d’un bon menteur c’est une excellente mémoire. On mentionne toujours Charlotte Lewis dans la liste de mes accusatrices sans jamais relever ces contradictions“, avait-il notamment affirmé. A la question de savoir pourquoi elle l’accuserait à tort, il avait ajouté sans détour : “Qu’est-ce que j’en sais ? Frustration ? Il faudrait interroger des psys, des scientifiques, des historiens, que sais-je.”

Nouveau procès en vue ?

Estimant que ses propos ont été déformés et qu’elle fait l’objet d’une “campagne de dénigrement”, comme l’évoque BFMTV, Charlotte Lewis a contre-attaqué. Quatre mois après la publication de cette interview, soit en avril 2020, une juge d’instruction a d’abord mis en examen Constance Benqué, la présidente de Lagardère News (qui possède Paris Match), pour diffamation. Prévenu par courrier, Roman Polanski a à son tour été mis en examen le 23 juillet dernier, pour diffamation également. Avec cette mise en examen, le mari d’Emmanuelle Seigner risque un nouveau procès au pénal en France, d’ici un à deux ans.

Contactés par BFMTV, les avocats du cinéaste n’ont pas souhaité commenter cette affaire. En revanche, un proche a laissé entendre que ce nouveau procès pourrait permettre au réalisateur de 88 ans de donner sa version des faits et d'”aller à l’encontre de toutes les contrevérités qu’il subit depuis des années“.

Roman Polanski reste présumé innocent des faits qui lui sont reprochés jusqu’au jugement définitif de cette affaire.