Royaume-Uni : Boris Johnson jugé “inapte” par son ancien conseiller

0
13

La charge s’annonçait violente, elle a tenu ses promesses. Le Premier ministre britannique Boris Johnson a vu sa gestion de la pandémie de Covid-19 se faire étriller mercredi par son ancien conseiller Dominic Cummings, qui l’a jugé “inapte” à diriger.

Haute administration non préparée et aveugle face à l’envolée du nombre des cas, Downing Street occupé par la colère de la compagne de Boris Johnson contre un article sur leur chien… Pendant une audition marathon de sept heures devant une commission parlementaire, très attendue, ce stratège politique controversé de 49 ans a dépeint un tableau sévère du pouvoir dans les semaines ayant suivi l’apparition du coronavirus début 2020.

Selon lui, des “dizaines de milliers” de vies auraient pu être épargnées au Royaume-Uni, qui avec près de 128.000 morts présente le plus lourd bilan en Europe.

“L’ampleur du désastre est si grande (…) que les gens doivent comprendre comment le gouvernement a échoué quand ils en avaient besoin”, a déclaré l’ex-conseiller pour expliquer son grand déballage, prenant sa part de responsabilité et regrettant “amèrement” de ne pas avoir “tiré le signal d’alarme” plus tôt.

Il s’est montré très virulent contre le ministre de la Santé Matt Hancock, qui à ses yeux aurait dû être “viré” pour “au moins quinze, vingt” motifs, “notamment pour avoir menti à de nombreuses occasions, réunion après réunion”, mais aussi “publiquement”.

Mais il n’a pas épargné son ancien patron, avec qui il avait mené avec succès la campagne en faveur du Brexit en 2016, le qualifiant d'”inapte”.

Selon lui, le Premier ministre voyait le Covid-19 comme une “histoire pour se faire peur”, une “grippe porcine”. Dominic Cummings a à cet égard suggéré que Boris Johnson avait envisagé de se faire infecter en direct à la télévision pour montrer qu’il n’y avait “rien à craindre”.

Jusqu’à mars 2020, avant d’être lui-même durement atteint par le virus, le chef du gouvernement estimait que le véritable risque était avant tout économique plutôt que sanitaire, a-t-il ajouté, jugeant que, “de toute évidence”, le Royaume-Uni aurait dû instaurer son premier confinement deux semaines plus tôt en mars 2020.

– Johnson assume –

Devant les députés, Dominic Cummings a également affirmé que Boris Johnson avait dit, après s’être résolu à l’automne dernier à un deuxième confinement, qu’il préfèrerait laisser “les corps s’accumuler par milliers” que d’ordonner un autre confinement. Des propos contestés par le Premier ministre, qui face à un variant plus contagieux, a instauré un troisième confinement pendant cet hiver.

Abondamment critiqué pour ses atermoiements depuis le début de la pandémie, Boris Johnson surfe actuellement sur le succès de la campagne de vaccination. En à peine six mois, elle a permis d’administrer une première dose à plus de 72% des adultes.

Interpellé au Parlement sur ces nouvelles accusations, le Premier ministre a déclaré assumer “la pleine responsabilité” de la gestion de la pandémie, décrivant cette crise comme “l’une des plus difficiles” traversées par le Royaume-Uni, soutenant qu’il avait toujours suivi les conseils des scientifiques.

Selon son porte-parole, le chef du gouvernement accorde toute sa confiance à son ministre de la Santé, dont un représentant a “rejeté absolument les allégations de M. Cummings”.

– Faible cote de confiance –

Six mois après son départ sur fond de luttes internes, Dominic Cummings, le cerveau de la campagne victorieuse pour le Brexit en 2016 et l’architecte de l’éclatante victoire de Boris Johnson aux législatives de décembre 2019, se montre impitoyable envers le Premier ministre.

Reste à savoir quelle sera l’impact des déclarations de Dominic Cummings dans l’opinion, car selon un sondage YouGov paru samedi dans le Times, seuls 14% des électeurs lui font confiance pour dire la vérité, contre 38% pour le Premier ministre.

Pour nombre de Britanniques, le nom de Dominic Cummings, évoque son déplacement avec sa famille l’année dernière en plein confinement et la conférence de presse dans le jardin aux roses de Downing Street afin de notamment expliquer un trajet jusqu’à un château pour tester sa vue.

Il a reconnu mercredi le “désastre majeur” de cette affaire qui avait suscité la confusion dans la communication du gouvernement.

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP.