Samuel Etienne : 15h de travail pour son dernier tatouage, sa femme déteste !

0
136

C’est une facette de sa personnalité qu’on ne soupçonnerait pas forcément, à le voir évaluer la culture générale des Français en costume sur France 3. Et pourtant, Samuel Étienne a de quoi surprendre les téléspectateurs. Loin des plateaux de tournage, de Questions pour un champion ou des infos matinales, le présentateur de 49 ans nourrit une passion secrète pour… le tatouage, oui messieurs-dames ! C’est ce qu’il explique avec malice dans les colonnes du magazine Télé Cable Sat Hebdo, révélant au passage qu’il en possède déjà trois.

À lire aussi

L’encre, il l’a dans la peau malgré les réticences de son épouse Helen. Le dernier motif qui orne sa silhouette ? Un immense dragon sur le flanc droit et sur le ventre, qui a nécessité pas moins de quinze heures de travail. “J’en garde un souvenir cuisant, précise douloureusement Samuel Étienne. Ma femme déteste ça mais je me sens mieux tatoué. C’est comme une armure. C’est mon petit côté punk. D’ailleurs, si je pouvais me réincarner, ce serait en rock star. Je suis fasciné par les grands guitaristes de rock.

Samuel Étienne, papa pour la deuxième fois

Son armure, il en a eu besoin. Pendant que la France était confinée, Samuel Étienne bravait la pandémie pour se rendre chez France Télévisions et informer notre pays. Et ce… alors qu’il venait tout juste d’être papa ! Le 12 février 2020, au tout début de l’épidémie, le présentateur et son épouse ont accueilli un tout petit garçon, Solal, venu illuminer la vie de son clan – et de son grand frère de 3 ans, Malo – au moindre sourire. “Helen reste à la maison avec eux, précisait-il à Télé Star. Quand je rentre, je file directement à la salle de bain pour mettre toutes mes affaires de la matinée à la machine à laver et je prends immédiatement une douche pour renfiler des affaires propres. Je peux donc faire tous les câlins que je souhaite à mes enfants.

Retrouvez l’interview intégrale de Samuel Étienne dans le magazine Télé Cable Sat Hebdo, n°1568 du 18 mai 2020.