Connect with us

Ségolène Royal sur son livre: “c’est ma contribution au mouvement #MeToo”

Dépêche

Ségolène Royal sur son livre: “c’est ma contribution au mouvement #MeToo”

Sur BFMTV ce lundi soir, Ségolène Royal s’est confié sur le machisme dont elle dit avoir été victime pendant sa carrière politique, et particulièrement pendant l’élection présidentielle de 2007.

L’ancienne ministre de l’Environnement et actuelle ambassadrice des pôles, invitée du “19h de Ruth Elkrief” ce lundi soir, a déclaré qu’elle considéré son livre Ce que je peux enfin vous dire comme “sa contribution au mouvement #MeToo”.

Dans cet ouvrage, l’ancienne candidate à l’élection présidentielle dénonce le machisme dont elle a été victime pendant sa carrière politique. Injures, invectives sexistes, la première femme a avoir atteint le second tour du scrutin en France règle ses comptes

“Maintenant je peux exister sans être l’ex de François Hollande. Il était temps!” lance d’abord Ségolène Royale, avant de soutenir que “le principal défi que nous ayons à relever, c’est le défi de la planète et de la féminité”.

L’actuelle ambassadrice des pôles Arctique et Antarctique regrette notamment qu'”il y ait des choses qu’on ne puisse pas se permettre quand on est une femme, si on veut continuer à agir” revenant sur les larmes de Nicolas Hulot lorsqu’il a quitté son ministère en septembre dernier. “On me les aurait reproché” confie-t-elle.

Méprisée par son propre camp

Sur BFMTV ce lundi soir, la femme politique de gauche a aussi raconté les manoeuvres politiques de son propre camp politique pour lui nuire. “Mes adversaires n’avaient qu’à reprendre les attaques venues des hommes de mon propre camp” se souvient Ségolène Royal, qui estime qu’on lui a demandé “d’organiser son invisibilité” parce qu'”ils ne supportaient absolument pas que je puisse avoir l’audace de me dire ”et pourquoi pas l’élection présidentielle’?”. 

“Ils n’acceptaient tout simplement pas que ce soit une femme” assure-t-elle encore. “Car certains hommes considèrent que les postes de commandement leur reviennent. Et c’est vrai aussi dans les entreprises, certains hommes considèrent que les postes de commandement leur reviennent de droit.”

Ségolène Royale a dit assumer l’idée qu’il y ait “une manière plus féminine de faire de la politique.”  “L’important ce n’est pas de savoir si les femmes sont meilleures que les hommes” a-t-elle développé. “L’important c’est que les femmes sont différentes. L’Humanité est faite de masculin et de féminin. Donc en éliminant la féminité, vous éliminez une part de l’Humanité qui fait partie du génie humain”.

Continue Reading
You may also like...
Click to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

More in Dépêche

To Top