Selena Gomez, victime de “maltraitance affective” de la part de Justin Bieber

0
89

C’est une histoire qu’elle n’est pas près d’oublier. De 2011 à 2018, Selena Gomez a enchaîné les allers-retours dans les bras de Justin Bieber. Un chapitre qu’elle a clos définitivement, dans la douleur et les larmes, en écrivant les treize titres de son nouvel album Rare. Interrogée par la NPRNational Public Radio – le dimanche 26 janvier 2020, la jeune femme de 27 ans a expliqué que les choses avaient été légèrement plus compliquées pour elle que ce que l’on soupçonnait. Elle a même évoqué une sorte d’emprise malsaine de la part de son ex.

À lire aussi

J’ai la sensation d’avoir été la victime d’une certaine maltraitance affective durant notre relation, a-t-elle précisé. Je pense que c’était quelque chose comme ça. Il a fallu que je trouve une manière de le comprendre, en tant qu’adulte. Bien que je n’aie pas l’intention de passer le reste de ma vie à évoquer ce chapitre, je suis fière de pouvoir dire que je me sens plus forte que jamais après avoir trouvé un moyen de traverser ça, de la manière la plus gracieuse possible.” Difficile de ne pas voir, à la moindre de ses interventions, que Selena Gomez reste très marquée par l’expérience…

Cette relation ne s’est pas terminée de manière respectueuse

De son côté, Justin Bieber est passé à autre chose à la vitesse de la lumière, notamment en épousant Hailey Baldwin. Mais pour Selena Gomez, les blessures ont eu besoin de temps et de soins particuliers pour guérir. En octobre dernier, après avoir pris du temps pour elle en établissement psychiatrique, la jeune chanteuse avait surpris tout le monde en dévoilant deux titres simultanément : l’un pour soulager sa peine – Lose You to Love Me –, l’autre pour affirmer qu’elle allait mieux – Look At Her Now. Elle n’a d’ailleurs jamais caché que cette sortie évoquait directement son histoire avec Justin. “Je suis très fière, poursuit-elle. J’ai l’impression que cette relation ne s’est pas terminée de manière respectueuse, et je l’ai accepté. Mais j’avais besoin d’exprimer certaines choses que je n’ai pas pu exprimer à l’époque.” Voilà qui est fait…