Séverine Ferrer “en larmes”, Ramzy Bedia à genoux pour demander pardon

0
257

Il y a des moments de carrière qu’on n’oublie pas. Séverine Ferrer, qui vient de retrouver les plateaux de télé grâce à ses talents culinaires, a la tête pleine de souvenirs. Pendant des années – sainte époque de l’émission Fan de –, elle se chargeait de mettre en avant différents talents. Un duo d’humoristes, justement, lui avait fait vivre une expérience pas si drôle. “C’était avec Éric et Ramzy. J’étais sur le point d’accoucher, se souvient-elle dans les colonnes de Public. Dès le début de l’interview, Éric me dit : ‘Tu devrais pas être chez toi en train de vivre ta grossesse tranquille ? Allez, rentre chez toi !’ Et là, ils se barrent tous les deux. Et ils ne sont jamais revenus. J’ai fondu en larmes, parce que j’avais déjà enregistré l’émission et que je devais tout refaire.

À lire aussi

Tout est bien qui finit bien puisque les trois compères se sont rabibochés… mais pas tout de suite. Et il a fallu mettre les petits plats dans les grands pour que l’animatrice accepte de passer outre ces paroles déplacées. “Je les ai détestés, raconte Séverine Ferrer. Mais quelques années plus tard, j’ai croisé Ramzy qui s’est mis à genoux devant moi. Il m’a dit : ‘Tu sais, je voulais te dire que ma femme, Anne, elle m’en a fait voir de toutes les couleurs pendant sa grossesse. Je voulais que tu saches qu’elle t’avait grave vengée !’ Depuis, tout est pardonné.

Séverine Ferrer a tiré un trait sur les émissions mettant en avant les célébrités. Plus ou moins. Dans son programme hebdomadaire intitulé MyCuisine, elle reçoit des chanteurs, des comédiens… des amis de ses années M6. Laurent Boyer, Princess Erika, Frank Delay – des 2Be2 – se sont déjà prêtés au jeu. D’ailleurs, c’est à la suite d’un passage télévisé que l’opportunité s’est présentée à elle. Repérée par un producteur dans Un dîner presque parfait, elle cultive désormais sa “vraie passion“. La recette du bonheur, sans doute.

Retrouvez l’interview intégrale de Séverine Ferrer dans le magazine Public, n° 873 du 3 avril 2020.