Solitaire du Figaro: victoire de Le Cléac’h après l’annulation de la dernière étape

0
335

Le navigateur Armel Le Cléac’h, vainqueur du dernier Vendée Globe, a remporté samedi à Saint-Nazaire sa troisième Solitaire du Figaro au terme d’une course exceptionnellement amputée de sa dernière étape faute de vent.

Une mer incroyablement calme, pas un souffle de vent et une flotte immobile: c’est dans ce décor inhabituel qu’Armel Le Cléac’h a levé les bras au ciel pour célébrer sa victoire.

“Là, il n’y avait vraiment rien, pas de vent du tout sur le plan d’eau, donc le comité de course a pris la bonne décision et je pense qu’il n’y aura pas de concurrent qui ira à l’encontre de cette décision”, a commenté le marin de 43 ans à bord de son bateau Banque Populaire.

“Elle est dure, cette Solitaire parce que ça fait 20 ans que j’ai commencé sur ce circuit, la première c’était en 2000, j’ai gagné en 2003, en 2010, en 2020, donc ça montre qu’on ne gagne pas forcément tous les ans, loin de là”, a-t-il ajouté.

L’heure du coucher du soleil, 20H12 samedi, marquait l’ultimatum pour attendre le vent et donner le départ de la quatrième et dernière étape, selon les règles de la course.

Jusqu’aux dernières minutes, les sportifs se sont tenus prêts dans une tension palpable et silencieuse, avant de voir le palmarès établi à l’issue de l’étape précédente se figer.

Initialement, la quatrième étape devait consister en une boucle autour de l’île d’Yeu, avec un retour prévu à Saint-Nazaire dans la journée de dimanche.

– “Plaisir de naviguer” –

Armel Le Cléac’h s’est imposé devant Frédéric Duthil (Technique Voile – Cabinet Bourhis Generali), qui accuse seulement 10 minutes et 43 secondes de retard au général sur le vainqueur, après une troisième étape intense. Viennent ensuite Tom Laperche (Bretagne CMB Espoir), Adrien Hardy (Ocean Attitude) et l’Irlandais Tom Dolan (Smurfit Kappa).

Avec cette victoire finale conclue en 10 jours 1 h et 26 min, Le Cléac’h entre dans le cercle très fermé des triples vainqueurs de la course, qui en était à sa 51e édition.

Il rejoint donc Philippe Poupon (1982, 1985 et 1995), Michel Desjoyeaux (1992, 1998 et 2007), Jean Le Cam (1994, 1996 et 1999), Jérémie Beyou (2005, 2011 et 2014) et Yann Eliès (2012, 2013 et 2015), qui, également au départ de cette 51e édition, s’est classé 8e.

“J’ai vécu une route du Rhum très difficile, je suis passé pas loin d’une grosse catastrophe”, s’est remémoré Armel Le Cléac’h au sujet de la célèbre course transatlantique disputée en 2018.

A la barre d’un maxi-multicoque géant capable de +voler+, Le Cléac’h avait vécu le pire alors que son bateau avait été détruit lors d’un chavirage au large des Açores.

Depuis, un nouveau multicoque est en construction et sa mise à l’eau est prévue pour avril 2021 avec pour objectif la Route du Rhum 2022.

“Retrouver le plaisir de naviguer, le plaisir de la compétition, c’est vraiment génial d’avoir réussi en deux ans à retrouver ce très haut niveau, ça va vraiment me lancer avec Banque Populaire pour la suite du programme avec l’Ultime qui va être mis à l’eau au printemps”, a-t-il déclaré, évoquant ses projets futurs.

© 2020 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP.