Sophie Darel : Claude François lui “a sauté dessus”, elle raconte

0
40

Toujours en tournée promotionnelle pour son livre Objectif 100 et en forme, Sophie Darel continue de se livrer sans tabou sur les faits marquants de sa vie. L’ancienne animatrice était d’ailleurs invitée à partager de nouvelles confidences croustillantes sur le plateau de l’émission L’Instant de Luxe, sur Non Stop People. Réputée pour avoir fréquenté de grands noms du showbusiness, le présentateur Jordan Deluxe l’a interrogée sur la nature de sa relation avec Claude François. Et Sophie Darel n’a pas dépeint une image très flatteuse du défunt chanteur. “Je ne voulais pas le croquer lui justement“, a-t-elle d’abord lâché…

À lire aussi

Et pour cause, la présentatrice de 76 ans s’est souvenue d’une bien mauvaise expérience avec lui lorsqu’elle était plus jeune. “Je n’avais pas commencé encore la télé, j’étais totalement inconnue et je présentais un spectacle dans lequel il jouait. Ça me fascinait de le voir parce qu’il était super en avance. Et puis un jour, il me dit, ‘écoute j’ai un truc formidable dans ma chambre qui purifie l’air, viens voir.’ Alors, j’y vais et là il me saute dessus, mais carrément !“, relate-t-elle. Et de préciser : “C’était très très très insistant, j’étais pas d’accord, je voulais pas, il était tellement nerveux ce garçon…

Face à la perplexité de son interlocuteur, Sophie Darel indique que cet épisode ne l’a heureusement “pas traumatisée” et c’est pourquoi elle n’a pas essayé de mener l’affaire devant la justice. “Je n’avais pas la mentalité d’aujourd’hui à porter plainte, à faire des procès… Ça aurait pu aller jusque là si j’avais voulu oui mais ça ne m’est même pas venu à l’esprit“, explique-t-elle. D’autant plus que son entourage se demandait même pourquoi elle n’avait pas sauté le pas avec Claude François, la plus grande des stars de sa génération.

L’artiste lui-même n’a pas compris comment il était possible qu’on refuse ses avances. “Après quand il venait dans mes émissions, il m’apportait des fleurs, parce qu’il était très généreux, et il me disait ‘tu sais pas ce que t’as raté !“”