Sophie Vouzelaud en colère : la Miss sourde dénonce une situation honteuse

0
132

Sophie Vouzelaud n’a pas passé un bon début de journée, le 5 novembre 2019. L’ex-première dauphine de Rachel Legrain-Trapani (Miss France 2007) juge avoir été victime de discrimination. La belle brune de 32 ans, qui est sourde de naissance, a donc tenu à crier sa colère sur Instagram, le jour même.

À lire aussi

De bon matin, Sophie Vouzelaud a pris le train. Elle ne s’en est pas rendu compte, mais son mari Fabien lui avait pris un billet avec le mauvais prénom. Il avait en effet enregistré le sien, ce qui a valu quelques soucis à sa belle. L’ancienne reine de beauté a partagé le reçu d’une amende, de 275 euros. En légende, elle a souhaité faire part de son “dégoût“, de sa “honte” et de sa “colère“. “Ce matin, je prends le train seule, c’est assez rare, mais mon mari ne peut pas m’accompagner. (…) Je monte dans le train ce matin, tout se passe bien, le contrôleur arrive, et me parle. Je lui signale que je suis sourde, en présentant ma carte, il n’en a que faire. Des voyageurs à proximité me reconnaissent et prennent ma défense, le contrôleur n’en a cure. Je propose d’appeler mon mari, il refuse et dit qu’il ne veut parler qu’à moi, je ne comprends pas, il refuse que j’aie un interprète pour communiquer, il devient menaçant, il reste devant moi, il me parle près du visage, comme si j’étais anormale, comme si j’étais une fraudeuse, alors que, je l’ai appris après, n’étais qu’en ‘situation irrégulière’“, a-t-elle écrit.

Se sentant honteuse, Sophie Vouzelaud a eu bien du mal à retenir ses larmes. Elle ne comprenait pas ce qu’il se passait et, en plus, se sentait “isolée comme jamais“, car elle était entourée de personnes qui parlaient en son nom, sans qu’elle ne sache quel était véritablement l’objet de la discorde. “Je reçois une amende, car j’étais en possession d’un billet avec le bon nom, mais pas le bon prénom. Trois voyageurs me laissent leurs coordonnées. Le contrôleur part sans me regarder. J’ai compris que mon billet n’avait pas le bon prénom, mais je ne peux pas tolérer d’avoir été traitée comme je l’ai été ce matin, je n’avais aucune intention de nuire ou de frauder. C’est normal, chère #SNCF, d’être discriminée en raison d’un handicap par un agent d’un Service public ?“, a conclu la jeune femme. Reste à savoir si la compagnie prendra le temps de lui répondre.