Connect with us

Soprano parle de l’enfant qu’il a eu à 16 ans et qu’il n’a jamais connu

Dépêche

Soprano parle de l’enfant qu’il a eu à 16 ans et qu’il n’a jamais connu

L’artiste marseillais évoque ses blessures intimes dans son nouvel album Phoenix disponible ce vendredi.

Le chanteur-rappeur marseillais Soprano sort ce vendredi son nouvel album Phoenix. Un disque qu’il défendra lors d’une tournée monumentale dans les stades de France en 2019. A cette occasion, le juré de The Voice Kids est revenu dans les colonnes du Parisien sur la création de ce nouvel opus aux textes très personnels. 

Soprano y évoque notamment une tentative de suicide survenue il y a “quinze ou vingt ans”. L’artiste a décidé d’en parler publiquement “pour décomplexer les gens”: “C’est un morceau positif car je raconte que si tu es encore vivant, tout peut s’arranger. Jeune, j’étais mélancolique et j’ai eu des épreuves personnelles…”

“C’est très compliqué”

Il évoque ainsi l’existence d’un enfant qu’il a eu à l’âge de 16 ans et qu’il n’a jamais vu. Un événement douloureux avec lequel il s’est construit. “Cela m’a marqué, j’ai appris des semaines après que l’enfant était né”, confie le rappeur, qui n’a pas de relation avec ce garçon:

“Aujourd’hui, si nous devons reprendre contact, cela ne pourrait venir que de lui. Moi, je n’en ai pas le droit. C’est très compliqué, même si j’ai réussi à apaiser la situation avec la personne avec qui j’ai eu cet enfant.”

“J’ai perdu dix-huit ans”

Soprano évoque cette blessure intime dans un des morceaux de Phoenix: “Le temps ne pourra jamais me rembourser, jamais me le ramener”, chante-t-il. Il analyse: “J’ai perdu dix-huit ans. J’ai eu la chance de me marier, d’avoir des enfants. On continue, on essaie d’être souriant. On espère que tout va mieux de l’autre côté en espérant qu’un jour, peut-être, des liens nous ramènent.”

Il a longtemps souhaité que ses chansons lui permettent de se rapprocher de cet enfant qu’il n’a jamais connu: “Quand j’ai commencé à écrire dessus, je me disais ‘il va écouter cette chanson et va venir me voir.’ Mais je ne veux pas laver le linge sale en famille. On aura toujours des cicatrices. Mais on vit mieux en les acceptant.”

Continue Reading
You may also like...
Click to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

More in Dépêche

To Top