Home Pure Télé “Star Academy c’est bien mais…” : Le père de Nikos Aliagas agacé, sa mère raconte

“Star Academy c’est bien mais…” : Le père de Nikos Aliagas agacé, sa mère raconte

0
“Star Academy c’est bien mais…” : Le père de Nikos Aliagas agacé, sa mère raconte

En plus de ses rôles de journaliste, présentateur et photographe, sa compagne Tina Grigoriou, il a deux enfants, Agathe (9 ans) et Andreas (5 ans)

Si elle patientait, ce n’est pas le cas de son défunt mari qui n’avait qu’une hâte : devenir grand-père. “Il n’arrêtait pas de dire : ‘Star Academy, c’est bien, mais quand est-ce qu’il va faire des enfants ?’ Bon, il l’a fait à 42 ans, il aurait pu le faire à 40 ans ! Deux ans de gagnés à mon âge, ce n’est pas mal, lance Hiroula. Mais ne chipotons pas, il a trouvé en Tina une femme exceptionnelle avec qui il a deux beaux enfants. Maria a eu aussi son petit garçon. Je suis heureuse. Dommage que papa ne soit plus là pour jouer tous les mercredis avec eux.

Andreas, mort en 2017 en Grèce, n’est plus là pour voir quel père Nikos Aliagas est aujourd’hui, “admirable, responsable et aimant” selon sa propre mère. “En même temps, tu ne peux pas dire le contraire maman ! Mais je suis là, je couche mes enfants tous les soirs, je fais le max pour être disponible, je sors très peu, je sais être ferme quand il le faut. Mais quand je passe devant un magasin de jouets, là je suis faible ! J’apprends tous les jours. Mais je ne crie jamais sur les enfants, assure-t-il. Mon père était plus dur avec moi. Je ne lui en veux pas, on s’est pardonnés sur le tard.

Outre son rôle de père, l’animateur de 52 ans entretient une belle relation avec sa mère. “Je le connais bien mon fils. Ça vous paraît peut-être exagéré, mais je sais ce qu’il pense avant même qu’il le dise, je devine quand il est épanoui ou angoissé. En tant que mère, on sent ces choses-là. Et puis nous nous connaissons si bien. Il ne fera jamais quelque chose qui me choquera, précise-t-elle. Il n’a jamais eu la grosse tête avec nous. D’ailleurs, il n’a pas intérêt ! (Rires.) Je ne sais pas si nous sommes fusionnels, mais nous nous aimons. C’est aussi simple que ça.

L’interview de Nikos Aliagas et sa mère Haroula est à retrouver en intégralité dans le magazine Gala, actuellement en kiosques.