Stars à Dubaï : Nabilla, Caroline Receveur, Jessica Thivenin… Pourquoi elles quittent la France

0
88

Jazz et sa JLC Family, Nabilla et Thomas Vergara, Jessica Thivenin et son mari Thibault Garcia, Manon Marsault et Julien Tanti, Stéphanie Durant et son amoureux Théo, Tarek Benattia et sa belle Camélia, Benjamin Samat, Maddy Burciaga, Fidji Ruiz et même Caroline Receveur avec son beau Hugo et leur petit Marlon, plus récemment. Les candidats de télé-réalité sont nombreux à s’installer à Dubaï. Logement, niveau de vie, éducation, sécurité… Qu’y trouvent-ils de si attractif ? Enquête sur les raisons qui poussent ces stars du petit écran à quitter l’Hexagone pour poser bagages à l’autre bout du monde, aux Émirats arabes unis.

À lire aussi

Sécurité maximale, loin des cambriolages

Beaucoup se décident à mettre les voiles après avoir été cambriolés en France. C’est le cas de Jazz et son mari Laurent. Plutôt que de vivre dans la crainte d’une nouvelle agression, le couple a choisi de s’installer à Dubaï où le taux de criminalité avoisine… 0% ! En 2019, une étude indiquait la ville sûre à 96,1%, faisant des Émirats arabes unis le pays le plus tranquille au monde, juste devant Singapour. Sur le même thème, ceux qui sont suivis par des millions de followers sur les réseaux sociaux deviennent… des inconnus à Dubaï. Pas d’attroupement de fans, leur vie privée n’est pas épiée… Que demander de plus ?

Climat chaud et géographie idéale

Pour Caroline Receveur et Nabilla qui ont habité à Londres, où les températures peuvent tomber assez bas en hiver, vivre à Dubaï, ça change ! En janvier, les températures tournent autour de 24 °C, tandis qu’en juillet, elles grimpent très vite à 40, voire 42 °C si ce n’est plus. C’est alors le moment pour nos starlettes de quitter la ville pour se rafraîchir en France, après à peine six heures de vol ! L’idéal pour garder contact avec leurs proches et d’éventuels collaborateurs.

L’immobilier, bien moins cher qu’à Paris, Londres ou New York

Certains vivaient en France dans de beaux appartements au charme Haussmanien. Spacieux certes, mais pas assez grands pour une piscine, un jardin et quatre chambres d’amis. À Dubaï, ils occupent de splendides villas modernes avec toutes les commodités possibles et imaginables. Il faut dire qu’un tel confort ne coûte pas si cher sur place… En effet, le prix moyen du m² à Dubaï est de 8 511 AED, soit 2 065 euros. À titre comparatif, la moyenne à Paris est de 10 580 euros, il faut compter 15 400 euros pour Londres et 12 275 euros pour New York. Pour ces jeunes expatriés, le calcul est vite fait…

Les enfants, rois de Dubaï

Autre fait non négligeable : beaucoup de grandes demeures proposent des appartements privés, des chambres ou studios destinés aux “nanny” (nounous, en français) et “maid” (femmes de ménage). Il est, à Dubaï, pratique courante de faire appel à ces jeunes travailleuses souvent issues de l’immigration philippine. Elles vivent avec la famille et s’occupent de maintenir la maison propre ainsi que des enfants, allant du changement de couche au bain en passant par les devoirs pour les plus grands. Ces femmes communiquent la plupart du temps en anglais, et apprennent ainsi par la même occasion la langue aux petits Français. Les adorables bébés et enfants de nos starlettes ont également la possibilité d’être scolarisés dans des établissements bilingues et de “côtoyer des petits camarades de toutes les couleurs, dans cette ville où plus de 200 nationalités sont représentées, et de ne pas connaître la définition du mot racisme“, comme l’expliquait Caroline Receveur sur son blog.

Des impôts ? Quels impôts ?

Financièrement, Dubaï reste une destination plus qu’intéressante pour ces jeunes entrepreneurs issus du monde de la télé-réalité. Sur place, les contribuables ne paient pas d’impôts sur le revenu, ni même sur les sociétés. Il existe toutefois des taxes indirectes sur, par exemple, l’alcool. Rappelons qu’après avoir participé à Secret Story, Les Anges ou Les Marseillais, certains ont flairé le business et ont lancé leur propre affaire. Caroline Receveur est à la tête de Wandertea, Nabilla a sa marque Nabilla Beauty, Thibault Garcia et Jessica Thivenin ont plusieurs entreprises… ouvertes à Dubaï !

Dubaï, paradis de l’influenceur

Les réseaux sociaux restent le fond de commerce principal de ces stars de télé-réalité. Manon Marsault, Nabilla ou encore Jessica Thivenin sont suivies parce que leur vie fait rêver. Soleil, plage, balade en quad dans le désert, shopping dans les malls luxueux… Ces moments sont immortalisés puis partagés sur Instagram, Snapchat, Twitter et même Tiktok. Et ce sont ces belles photos dignes de cartes postales ou de publicité sorties tout droit de magazines qui leur apportent des like, et donc de la visibilité… et enfin de nouveaux contrats avec des marques toujours plus prestigieuses.

Le gouvernement a même fait des partenariats avec des influenceurs afin de promouvoir la belle vie à Dubaï ! Issam Kazim, CEO du Département Destination Marketing du Tourisme et du Commerce de Dubaï (DCTCM,) confiait à Forbes en février 2020 que la ville avait investi dans le digital pour développer le tourisme. “Nous produisons du brand content, des vidéos, ciblons des opportunités de diffusion ou des collaborations avec des influenceurs pour communiquer des informations précises et montrer aux voyageurs des facettes de Dubaï qu’ils ne connaissent pas“, a-t-il confié.