Connectex avec nous

Symbole du Barcelone canaille, le club porno Le Bagdad souffre de la crise catalane

Pure Info

Symbole du Barcelone canaille, le club porno Le Bagdad souffre de la crise catalane

Le Bagdad, salle de spectacles pornographiques à Barcelone née à la fin du franquisme, est une adresse célèbre de la capitale catalane. Mais comme beaucoup d’autres lieux de loisirs, elle souffre aujourd’hui de la crise politique dans la région.

La chute de la fréquentation s’est produite “tout à coup”, raconte à l’AFP la propriétaire du club, Juani de Lucia.

Elle dit avoir perdu jusqu’à 70% de sa clientèle depuis le référendum d’autodétermination interdit du 1er octobre, qui a plongé l’Espagne dans sa pire crise politique en 40 ans, et provoqué des manifestations en série à Barcelone.

Cette nuit-là, seuls deux clients ont pris place dans la salle à la décoration kitsch, dont le nom évoque les Mille et une nuits. Sur scène, des acteurs se livrent à des actes sexuels explicites lors d’un spectacle auquel participent parfois les spectateurs.

Toute proche, la grande avenue des théâtres de Barcelone est aussi quasi déserte en cette semaine de novembre.

Une désaffection qui inquiète le monde du spectacle: l’acteur indépendantiste Quim Masferrer, à l’affiche de la pièce “Tiempo” dans un théâtre de Barcelone, a appelé les gens à sortir: “Si nous voulons un pays normal, nous devons avoir une vie normale”, a-t-il lancé sur les ondes de la radio locale Rac1.

“C’est à cause du problème politique, de toutes les images qui sont diffusées à l’étranger. Les gens ont peur de venir à Barcelone, j’espère que cela va vite passer”, soupire la propriétaire du Bagdad, fréquenté par touristes, hommes d’affaires en déplacement et groupes fêtant des enterrements de vie de garçon les week-ends.

“Quand on habite à Barcelone, on sait qu’on peut aller et venir librement dans la ville, mais à l’extérieur les gens ne se rendent pas compte. Beaucoup de filles ici sont étrangères et leurs familles leur passent des coups de fil affolés”.

– ‘marasme’ –

La Catalogne est la région d’Espagne la plus fréquentée par les touristes étrangers (plus de 18 millions en 2016). Mais dans les deux semaines qui ont suivi le référendum interdit, le secteur touristique régional a vu son chiffre d’affaires chuter de 15% par rapport à l’année précédente, selon la fédération patronale Exceltur.

Le Bagdad a ouvert en décembre 1975, un mois après la mort du dictateur Francisco Franco qui a marqué le début d’une ère de libération sexuelle, qui a ouvert la voie à une large diffusion de la pornographie et de l’érotisme, notamment dans le cinéma.

C’est un voyage à Hambourg, et la découverte du fameux quartier rouge, qui a donné à Juani de Lucia l’idée de ce club. “J’étais très jeune et en arrivant à St Pauli, en voyant les salles immenses, les sex shops, les cabines de +peep show+, je me suis sentie sur une autre planète: tout était légal, ouvert 24 h sur 24”.

Avec son mari, elle décide de louer à Barcelone un ancien cabaret de flamenco, propriété de “la Bella Dorita”, une actrice légendaire du quartier. Le succès est immédiat, raconte la propriétaire. “Il y avait des files d’attente jusqu’au bout de la rue. On n’en revenait pas. A cette époque, les gens voyageaient jusqu’à Perpignan pour voir +Le dernier tango à Paris+!”

Au Bagdad, où se produisent des acteurs porno comme Nacho Vidal et Marco Banderas, se sont aussi illustrés le fakir Kumar et Tiger Man, célébrités locales capables de performances aussi improbables que lever une cloche de 30 kg ou une bonbonne de gaz à la force de leur sexe.

Si Marco Banderas reconnaît qu’il n’a “jamais vu un tel marasme”, la propriétaire se veut confiante: “le Bagdad a plus de 40 ans, c’est une affaire solide. Il continuera à vivre, on n’efface pas 40 ans en un jour”.

AFP

Plus dans Pure Info

Haut