Connect with us

Taxes sur le carburant: les pistes du gouvernement pour sortir de la crise

Dépêche

Taxes sur le carburant: les pistes du gouvernement pour sortir de la crise

Les mesures envisagées par l’Elysée et le gouvernement pour rassurer les Français après l’annonce de la hausse de la taxation sur le carburant se font jour ce mercredi.

Alors que l’annonce de la hausse de la taxation sur le diesel a créé la controverse et qu’une journée de blocage le 17 novembre menace, l’exécutif cherche à embrayer et à apaiser la colère des Français. Mardi matin, lors d’une interview diffusée par Europe 1, Emmanuel Macron avait révélé deux mesures pour soulager les “travailleurs et les plus modestes”, évoquant l’amélioration du chèque énergie et le revalorisation de l’indemnité kilométrique. 

Extension et généralisation 

Le chèque énergie concerne les foyers non-imposables. Si quatre millions de foyers sont éligibles, 560.000 d’entre eux n’en font aucun usage, note ici L’Opinion qui explique que le sommet de l’Etat envisage à présent de l’étendre un peu au-delà de sa cible initiale, c’est-à-dire à certains ménages imposables. Par ailleurs, le chèque énergie doit déjà passer de 150 à 200 euros l’an prochain. L’exécutif consentira-t-il à un effort supplémentaire? Qui pourra en bénéficier? Les modalités de la chose doivent être débattues ce mercredi lors d’une réunion interministérielle. 

Pour ce qui est des indemnités kilométriques, l’idée est de généraliser un dispositif d’aide publique mis en place par Xavier Bertrand dans “sa” région des Hauts-de-France cette année. Respectivement 15 et 20 euros par mois sont versés aux apprentis et aux salariés percevant moins de deux SMIC  et devant parcourir plus de 30 kilomètres par jour en voiture pour se rendre sur leur lieu de travail.

“Il faut regarder ce qu’on peut faire pour les petites distances”

Mais la piste n’est pas encouragée par les conseils régionaux qui, à travers un communiqué de l’Association des régions de France, ont indiqué que l’idée  “revient à demander aux régions de payer alors que c’est l’État qui perçoit les recettes”. Les élus reprochent à l’Etat de vouloir se contenter de prendre en charge la défiscalisation du dispositif. Dans ce dossier, il faudrait aussi convaincre les employeurs qu’Emmanuel Macron a dit, durant son entretien rendu public mardi, souhaiter associer au financement de la mesure. 

De surcroît, selon Le Figaro, le camp présidentiel envisage de verdir la bonification du barème de frais kilométriques, frais déductibles des revenus imposables. Bénédicte Peyrol, spécialiste de la fiscalité environnementale et responsable du groupe LaRem à la commission des finances, a développé auprès du site du quotidien: 

“Plus le véhicule est une grosse cylindrée, plus cette grille est favorable. Nous réfléchissons à rendre le barème plus avantageux pour les voitures qui émettent moins de CO2. Il nous faut aussi regarder ce qu’on peut faire pour les petites distances.”

Continue Reading
You may also like...
Click to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

More in Dépêche

To Top