Tennis: Thiem ne veut pas participer au fonds de soutien pour les joueurs mal-classés

0
122

L’Autrichien Dominic Thiem, N.3 mondial, n’entend pas apporter sa contribution au futur fonds de soutien destiné à aider les joueurs de tennis mal classés, fragilisés par l’arrêt des compétitions provoqué par la pandémie de coronavirus.

“Beaucoup de joueurs ne placent pas le sport au-dessus de tout et ne vivent pas de manière professionnelle. Je ne vois pas vraiment pourquoi je devrais donner de l’argent à de tels joueurs. Je préfère donner de l’argent aux personnes ou aux organisations qui en ont vraiment besoin”, a déclaré Thiem dans une interview au journal autrichien Kronen Zeitung parue dimanche.

Cette prise de parole discordante intervient quelques jours après l’annonce par l’ATP et la WTA de la création d’un fonds de soutien pour aider les joueurs les plus en difficulté (Player Relief Fund). Une initiative à laquelle le “Big Three”, formé par Roger Federer, Rafael Nadal et Novak Djokovic souhaite contribuer, comme l’a confié le Serbe le 18 avril sur Instagram.

“A ce stade, il semble qu’il y aura entre 3 et 4,5 millions de dollars redistribués à ces joueurs”, avait estimé le N.1 mondial, en évoquant le fonds de soutien à venir, et qui pourrait être alimenté à la fois par les instances du tennis mondial, “probablement les Grand Chelem”, et les joueurs.

Selon la presse spécialisée, Djokovic, en tant que président du Conseil des joueurs de l’ATP, dont font aussi partie Federer et Nadal, a proposé dans un message adressé aux joueurs que les membres du top 100 en simple, et ceux du top 20 en double, contribuent à ce fonds, selon leur classement (de 30.000 dollars pour le top 5 à 5000 dollars pour les joueurs entre la 51e et la 100e place).

© 2020 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP.