Thiago Silva à l’AFP: “Finir cette aventure avec un titre en C1, c’est notre rêve”

0
105

“Finir cette aventure avec un titre en Ligue des champions, c’est notre rêve”, a confié dans un entretien à l’AFP Thiago Silva, capitaine du PSG, avant le quart de finale contre l’Atalanta Bergame, le 12 août à Lisbonne, pressentant “une grande opportunité d’aller au bout”.

Q: Le cinquantenaire du PSG coïncide avec le début du “Final 8” de la C1. C’est le moment parfait pour enfin l’emporter, sachant que vous allez jouer vos derniers matches avec Paris ?

R: “Je n’espère pas hein (rires) ! Ce match, le 12 août, va être un jour particulier, pas seulement pour moi mais pour le club aussi. Tous les gens qui travaillent pour le PSG espèrent que nous pourrons fêter l’anniversaire du club avec la qualification. Pour réussir cela, il faut bien se préparer face à l’Atalanta, une équipe qui marque beaucoup de buts (98 en Serie A, NDLR) et travaille beaucoup défensivement. On sait que cela ne sera pas facile mais on a la qualité pour faire un bon match.”

Q: Vous êtes déjà considéré comme le meilleur défenseur de l’histoire du PSG. Avez-vous à cœur de faire encore mieux en ramenant la C1 à Paris ?

R: “Rester huit ans à Paris, ce n’est pas facile. Si je l’ai fait c’est parce que j’étais utile pour l’équipe. Je suis très content de tout ce que j’ai fait ici, de tout le respect que m’ont donné les supporters. C’est magnifique ! J’espère finir cette aventure avec un titre en Ligue des champions, c’est notre rêve.”

Q: A Paris depuis 2012 et les débuts du projet QSI, vous avez vécu autant la progression que les désillusions européennes. Gagner la C1 serait un aboutissement ?

R: “Oui exactement, j’ai tout vu ici (…) C’est un titre très important, pas seulement pour les joueurs mais pour le club. Pour les supporters, cela représenterait quelque chose d’incroyable ! Je suis venu à Paris pour cette aventure, pour cet objectif.”

Q: Après Rai, Ricardo ou encore Ronaldinho, vous êtes l’un des nombreux Brésiliens à être entré dans la légende du PSG. Comment expliquez-vous cette histoire d’amour si particulière ?

R: “Ah l’amour, ce n’est pas facile de l’expliquer (sourire) ! C’est comme au quotidien avec ma femme, je ne peux pas expliquer, l’amour que j’ai pour elle, ni elle l’amour qu’elle a pour moi. C’est comme ça ! Nous les Brésiliens, nous aimons trop le foot ! Je crois que les Parisiens aussi, surtout les joueurs qui ont une magie différente. J’espère que Paris va continuer à acheter des joueurs brésiliens pour continuer cette histoire.”

Q: L’incroyable soirée contre Dortmund (2-0), le 11 mars dernier dans le huis clos du Parc des princes, a-t-elle été le déclic de votre saison ?

R: “Oui je crois parce que c’était un match qui a été très difficile là-bas (défaite 2-1 en 8e de finale aller). On a perdu et on a recommencé à penser à tout ce qui s’est passé l’année dernière face à Manchester United, à nos trois éliminations successives avant les quarts… C’était difficile à digérer mais on savait ce qu’on voulait faire: offrir cette qualification à nos supporters même s’ils n’étaient pas dans le stade. Le match ne se gagne pas quand tu rentres sur le terrain mais dans la semaine lors de la préparation. C’est ce qu’on a réussi au match retour.”

Q: Le PSG a annoncé ne pas souhaiter prolonger votre contrat. Malgré cela, vous avez tenu à finir la saison contrairement à Edinson Cavani et Thomas Meunier. Pourquoi ?

R: “Les trois situations sont un peu différentes. Je ne connais pas le contexte pour Meunier et Cavani, mais pour moi c’était important de finir la saison car depuis huit ans que je suis là, je connais bien le club et son objectif. Je connais aussi le groupe, et cette année, je sens qu’il y a une grande opportunité d’aller au bout. Le groupe, avec beaucoup d’envie et de qualité, m’a donné cette impression. A l’extérieur, on se sent comme une vraie famille, c’est ce qui te donne la confiance de continuer la route avec eux. Si je commence une mission, je veux essayer de la finir. Je peux gagner ou perdre mais je vais tout donner pour bien finir.”

Q: Qui aimeriez-vous voir reprendre votre brassard de capitaine ?

R: “Ce n’est pas moi qui vais décider. Mais je crois le club a déjà choisi Marquinhos, le vice-capitaine aujourd’hui. J’ai déjà parlé avec lui de ça. Même s’il n’a que 26 ans, il a déjà beaucoup d’expérience. Il sait tous ce qu’il doit faire. Il va continuer sa progression comme joueur. Ce serait un bon choix de le nommer, car c’est un leader incroyable qui essaye toujours de motiver ses coéquipiers dans le vestiaire. Pour le vice-capitaine, +Presko+ (Kimpembe) a le bon profil, à mon avis, pour suivre Marquinhos et continuer cette histoire.”

Propos recueillis par Yassine KHIRI.

© 2020 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP.