Thierry Beccaro, enfant battu : il révèle “son plus grand regret” par rapport à son père violent

0
14

son enfance teintée de violences, Thierry Beccaro est revenu avec beaucoup d’émotions sur sa douloureuse jeunesse. Face aux chroniqueurs, il a déclaré : “Je lui ai pardonné à mon père et dans ce livre, je raconte comment je me suis construit tout seul, vraiment”.

Thierry Beccaro, connu du grand public pour avoir animé le jeu télévisé Motus sur France 2 durant 29 années, a partagé quelle était sa plus grande déception. “Le seul regret que j’ai, c’est que mon père ne m’a jamais demandé pardon. J’aurais bien aimé qu’il me le dise. C’est mon plus grand regret”, a-t-il déclaré, espérant que son message soit entendu par sa mère, elle aussi victime des coups de son père. “Peut-être que maman nous regarde ce soir”, a-t-il lancé, en regardant la caméra.

Dès son entrée sur le plateau, Thierry Beccaro a fait part d’une chose qui l’agace : l’utilisation du mot “résilience” qu’on entend un peu partout, voire même un peu trop selon lui. “Ce mot est tellement employé en ce moment, à toutes les sauces. ‘Climat et résilience’, ‘les Français sont résilients pendant la pandémie’… C’est très particulier la résilience. Ce n’est pas un mot qu’on peut utiliser à tord et à travers, parce que moi je n’ai pas souhaité être résilient”, a-t-il voulu rappeler. Avant de donner la définition exacte de ce terme. “La résilience, c’est continuer à vivre, c’est réussir à s’en sortir, mais en ayant toujours sur les épaules ce fameux sac à dos. La résilience, c’est tout ce que j’ai réussi à construire”.