Thierry Samitier accusé de “gestes déplacés” : des actrices font des révélations

0
66

Nos chers voisins ou collaborateurs ne sont pas toujours ceux que l’on imagine. Comme le dévoile le site Médiapart, l’acteur Thierry Samitier est accusé de “gestes déplacés” par deux actrices avec lesquelles il travaillait. Contacté, il s’est dit “énormément blessé” par ces accusations et s’est exprimé sur chacune d’entre elles.

Le comédien de 55 ans se produisait sur les planches au théâtre Daunou, à Paris, dans la pièce Boeing Boeing, notamment au côté de l’ancien sportif Franck Leboeuf. Elle devait se jouer de novembre 2018 à mars 2019, mais a été soudainement arrêtée à la suite des accusations de deux comédiennes. Ces dernières ont assuré que Thierry Samitier avait eu un comportement inapproprié et ont donc posé une main courante pour “gestes déplacés“.

Les faits auraient débuté en octobre 2018, au début des répétitions. “Ça a commencé graduellement. Au début, c’était des compliments, sauf qu’il a commencé à être tactile. Alors que je prenais un Vélib, Thierry est arrivé derrière moi. Il a mis son bras autour de mon cou et il m’a dit à l’oreille que j’étais une actrice fantastique. Dans le même temps, il avait collé son sexe au niveau de mes fesses. Je me suis dégagée, sous le choc“, a affirmé l’une des actrices âgée de 35 ans dans sa main courante que Médiapart a pu consulter. Contacté par nos confrères, Thierry Samitier a reconnu l’avoir enlacée par-derrière, mais a nié avoir collé son sexe à ses fesses.

Un comportement déplacé

Une autre comédienne de 39 ans a expliqué avoir vécu une situation similaire. L’ancienne star de TF1 l’aurait complimentée sur son physique et l’aurait regardée “avec insistance” à plusieurs reprises, la mettant ainsi mal à l’aise. Il serait passé à la vitesse supérieure le 24 octobre 2018, alors qu’elle se démaquillait seule dans sa loge : “J’étais penchée pour accéder au miroir. Thierry est arrivé derrière et a collé son sexe contre mes fesses en me disant ‘Pourquoi t’as peur de moi ?’ avec un ton très pervers et il riait. Je l’ai regardé méchamment et je me suis décalée, et je suis ensuite sortie de la loge.” Et quelques jours plus tard, il aurait tenté de l’embrasser, alors qu’elle était à la machine à café. Des faits que Thierry Samitier nie fermement.

Enfin, c’est l’assistante du metteur en scène qui a expliqué avoir été gênée par son comportement, évoquant notamment un message de drague sur Facebook, une tentative de baiser et “une attitude parfois embarrassante” comme le fait de tenter de respirer dans son cou. À ce sujet, Thierry Samitier a expliqué qu’il avait “une complicité particulière” avec elle et a nié avoir tenté de l’embrasser. “Je pense que l’on s’aimait beaucoup. Quand on se disait bonjour, on se prenait dans les bras“, a-t-il ajouté concernant les respirations dans son cou.

Une situation qui se dégrade

La situation se serait dégradée début novembre au moment où les représentations débutaient. “Il a profité des scènes de baisers pour mettre la langue lorsqu’il devait m’embrasser dans le cadre de la pièce. Il a fait ça à plusieurs reprises“, a détaillé la comédienne de 35 ans. Alerté, le metteur en scène est donc intervenu pour lui dire que ce comportement était inadmissible. Il aurait toutefois tenté de faire la même chose avec l’actrice de 39 ans et aurait recommencé avec la première, début décembre. Ces témoignages ont été confirmés par plusieurs membres de l’équipe, dont Frank Leboeuf qui aurait tenté de venir en aide à l’une de ses collaboratrices. Mais une fois de plus, Thierry Samitier a nié avoir intentionnellement mis la langue lors de scènes de baisers. “Sur 60 représentations, il y a au moins dix fois où l’autre sent la langue de l’autre dans l’action de la comédie. Il est possible qu’elle ait senti ma langue. Mais je n’ai jamais mis ma langue dans la bouche d’une actrice volontairement. Je ne vois pas le plaisir que je prendrais à embrasser une femme qui n’en a pas envie“, s’est-il justifié.

Les faits auraient continué, ce qui aurait poussé l’actrice de 39 ans à poser une main courante le 15 février 2019 et sa collègue le 4 mars. Elles hésitaient à porter plainte, mais auraient finalement renoncé. Alerté, le producteur aurait tout fait pour que cela cesse et pour les mettre plus à l’aise, notamment en songeant à remplacer Thierry Samitier. Mais cela ne s’est pas fait, au grand dam de la comédienne de 35 ans : “Je me suis effondrée quand je l’ai appris. Je me suis mis à trembler, à pleurer, je ne pouvais pas jouer trois heures plus tard.” Les deux présumées victimes ont demandé un arrêt de travail, ce qui a poussé la production à stopper les représentations le 11 mars dernier. C’est à ce moment-là que Franck Leboeuf aurait à son tour déposé une main courante pour relater les faits. “J’en veux à la production, car ils n’ont pas fait grand-chose, si ce n’est de le sortir des loges. Cette pièce s’est arrêtée, car deux femmes n’en pouvaient plus de ces agissements“, a-t-il regretté.

Thierry Samitier reste présumé innocent des faits qui lui sont reprochés jusqu’à une éventuelle condamnation.