Thierry Samitier accusé de “gestes déplacés” : L’acteur se défend et s’explique

0
54

L’acteur de Nos chers voisins (TF1) est de retour sous le feu des projecteurs pour une bien sombre affaire. Thierry Samitier est accusé par deux actrices de “gestes déplacés”, fait pour lequel elles ont déposé une main courante. Contacté par Médiapart, le comédien de 55 ans s’est expliquée sur ces accusations et s’est dit “blessé“.

À lire aussi

Rappelons tout d’abord que les faits auraient débuté en octobre 2018, au début des répétitions de la pièce Boeing Boeing dans laquelle Thierry Samitier a notamment donné la réplique à l’ex-footballeur Franck Leboeuf. L’une des actrices âgée de 35 ans a assuré que, si au départ, il ne lui faisait que des compliments, il avait commencé à être tactile. Il aurait notamment collé son sexe au niveau de ses fesses, des faits niés par le principal intéressé. Il a toutefois reconnu avoir enlacé la jeune femme par-derrière : “Elle avait été formidable lors d’une répétition. Je suis quelqu’un d’excessif. Et mon excès ce jour-là a en effet généré une tension.

Quelques jours plus tard, une actrice de 39 ans aurait vécu des faits similaires, alors qu’elle se démaquillait seule dans sa loge. “J’étais penchée pour accéder au miroir. Thierry est arrivé derrière et a collé son sexe contre mes fesses en me disant ‘Pourquoi t’as peur de moi ?’ avec un ton très pervers et il riait. Je l’ai regardé méchamment et je me suis décalée, et je suis ensuite sortie de la loge“, a-t-elle raconté dans sa main courante. Il aurait ensuite tenté de l’embrasser peu de temps après, des faits que Thierry Samitier nie fermement. Il a également réagi aux accusations de l’assistante du metteur en scène, disant qu’il a eu une attitude parfois embarrassante, notamment en essayant de l’embrasser ou de respirer son cou. “J’avais une complicité particulière avec l’assistante du metteur en scène. (…) Je pense que l’on s’aimait beaucoup. Quand on se disait bonjour, on se prenait dans les bras“, a-t-il déclaré.

Des baisers forcés ?

Début novembre, il aurait tenté d’embrasser les deux actrices avec la langue lors de scènes jouées dans le cadre de la pièce. Début décembre, l’actrice de 35 ans l’aurait rappelé à l’ordre, un fait confirmé par Franck Leboeuf : “Ce soir-là, j’ai vu Alice sortir de scène en tremblant et en disant à Thierry d’arrêter de mettre la langue. J’ai dit à Thierry : ‘Mais t’es un grand malade toi, va falloir que t’arrêtes, tu sais que je défends une association qui lutte contre les violences faites aux femmes.’” Thierry Samitier s’est défendu d’avoir intentionnellement mis sa langue dans la bouche des actrices : “C’est la première fois que je me suis senti harcelé moralement avec cette humiliation publique. (…) Sur 60 représentations, il y a au moins dix fois où l’autre sent la langue de l’autre dans l’action de la comédie. Il est possible qu’elle ait senti ma langue. Mais je n’ai jamais mis ma langue dans la bouche d’une actrice volontairement. Je ne vois pas le plaisir que je prendrais à embrasser une femme qui n’en a pas envie.

Les deux actrices ont affirmé que la situation avait continué. Elles ont donc posé une main courante, l’une en février, l’autre en mars et ont alerté le producteur. Ce dernier aurait tout fait pour les mettre le plus à l’aise possible : “Dès que j’ai appris ces agissements en février, j’ai convoqué Samitier. Sa réponse a été de nier. J’ai pris des mesures de précaution en enlevant Samitier des loges, pour qu’il soit séparé des filles. J’ai demandé au régisseur d’être attentif et à la cheffe des placements de le surveiller de son arrivée au théâtre à sa sortie. Puis, les représentations ont été captées par vidéo.” Pourtant, Thierry Samitier a assuré que c’est lui qui avait demandé de ne plus être dans les loges et d’avoir quelqu’un “en protection” avec lui en coulisses.

Fin de la pièce

Le producteur a aussi confié avoir tenté de le remplacer, en vain : “Ce n’était pas simple juridiquement, Samitier demandait de gros montants d’indemnités. Rompre le contrat ou licencier est compliqué, on part dans des procédures, au tribunal…” Pourtant, Thierry Samitier affirme n’avoir eu à aucun moment connaissance de la possibilité d’être remplacé et n’avoir jamais parlé d’indemnités avec le producteur.

Quoi qu’il en soit, les deux actrices ont fini par se mettre en arrêt et la pièce Boeing Boeing a été interrompue le 11 mars 2019.

Thierry Samitier reste présumé innocent des faits qui lui sont reprochés jusqu’à une éventuelle condamnation.