Top Chef 2020 : Mallory pète un plomb et quitte une épreuve, Adrien met le feu

0
266

Quatorzième semaine de compétition dans Top Chef 2020 (M6). David Gallienne, Mallory, Adrien et Martin s’affrontaient encore pour une place en demi-finale lors de l’épisode de ce mercredi 20 mai. Le chef étoilé et le benjamin de l’aventure avaient déjà un pass chacun. Mais il en fallait deux pour avoir sa place assurée pour la demi-finale. Qui a eu cette chance ? Résumé !

À lire aussi

Un plat nature

Pour la troisième épreuve, les candidats devaient réaliser un plat qui évoquait visuellement un paysage naturel. Un défi imposé par le chef trois étoiles Christian Le Squer. Un nouveau pass était à la clé.

Plat de David : Le chef étoilé est parti sur un dessert en trompe-l’oeil : un nid en chocolat, oeuf en mousse panais-noix de coco chocolat blanc, jaune d’oeuf fruit de la passion mangue. Il y avait aussi des plumes en feuilles de brick, mousse en sponge cake amande-noix de coco, terre en crumble cacao. Sa chef de brigade Hélène Darroze lui a demandé de faire attention à ce que le panais ressorte bien. David voulait raconter l’histoire d’un nid tombé du ciel.

Plat de Martin : Pas à l’aise dans cette épreuve du trompe-l’oeil, le membre de la brigade de Philippe Etchebest craignait pour son avenir dans le concours. Il est parti sur un dessert : rondins de bois en salsifis, terre en streusel chocolat-grué de cacao, mousse en sponge cake pistache.

Plat d’Adrien : Très confiant, le candidat a préparé une branche en chocolat farcie d’anguille et de mascarpone, feuille en purée de chou, wasabi, pain et mousse en poudre de persil. Son chef de brigade Paul Pairet trouvait que c’était une très bonne idée côté goûts, mais l’a mis en garde sur le visuel. À la fin, il a… écrasé son plat pour être dans son thème “premiers pas dans la nature”.

Plat de Mallory : Le jeune homme souhaitait représenter une pomme de pin. Pour ce faire, il a fait un crémeux de café, de la gelée de café-vanille, une ganache pralinée, des épines en chocolat, un crumble chocolat-café. Une recette “très ambitieuse” qui inquiétait Michel Sarran. Il craignait que son poulain n’ait pas le temps de tout faire. Mallory tenait le rythme jusqu’à ce que son chef lui rappelle de ne pas oublier les épines… Il a ensuite brûlé ses tuiles après les avoir oubliées. “Je ne sais pas ce qu’il m’arrive. Je pète les plombs“, a confié le jeune homme avant de quitter la cuisine. Michel Sarran est donc parti à sa recherche pour le motiver de nouveau. Son ancienne chef Hélène Darroze a également tenté de sécher ses larmes. Mission réussie ! Bien qu’il ait réussi à sortir une assiette, il a eu bien du mal à se remettre de ses émotions. Mais ses camarades étaient là pour lui.

Place à la dégustation. Christian Le Squer a apprécié le visuel, ainsi que le goût du plat de David. Il a trouvé le plat de Martin “pas mal” visuellement et a aimé cette assiette “bien équilibrée et avec beaucoup de saveurs“. Concernant Adrien, il a trouvé le visuel “bien fait, mais un peu brouillon“. Il a été surpris par le sucré-salé du plat. “Ça, c’est élégant, il y a beaucoup de travail“, a confié le chef concernant le plat de Mallory. Et il a tout trouvé bon, de quoi rassurer le candidat.

Au final, c’est l’assiette de Mallory qui a été choisie. Il a donc obtenu sa place en demi-finale avec son deuxième pass.

Le show dans l’assiette

Pour la quatrième épreuve de ces quarts de finale, les candidats avaient rendez-vous dans l’une des salles de spectacles les plus mythiques de Paris : le Casino de Paris. Et ils ont été jugés par pas moins de huit grands noms de la gastronomie : Olivier Bellin (deux étoiles), Régis et Jacques Marcon (trois étoiles), Sylvestre Wahid (deux étoiles), Jérôme Banctel (deux étoiles), Gilles Goujon (trois étoiles), Franck Putelat (deux étoiles) et Nicolas Sale (deux étoiles). Pour ce nouveau défi, David, Martin et Adrien devaient raconter une histoire et faire un show culinaire. Après avoir réalisé la recette de leur choix, ils devaient dévoiler les dernières minutes de leur cuisine devant tous les chefs, ainsi que le dressage. La pression était à son comble.

Le plat d’Adrien : Il était le premier à entrer en scène et ne cachait pas son angoisse. Un grand défi pour ce grand timide “pas sympa et pas souriant“. Adrien a fait une cuisson au flambadou. C’est une technique de cuisson ancestrale. L’ustensile permet de faire fondre du lard dans un cône métallique préalablement chauffé à blanc dans des braises. Cela permet au lard de s’enflammer et de s’écouler sur la viande en lui donnant un bon goût de fumé. Il a ainsi enflammé la scène. Adrien a fait couler sa graisse chaude sur des huîtres et du foie gras, de quoi impressionner le jury.

Le plat de Martin : Il a prévu des suprêmes d’agrumes, un condiment miso, un siphon lacté au citron et un coulis de cassis et de crumble. Afin de faire le show, il a misé sur une cuisine moléculaire. Il a en effet cuit son siphon à l’azote liquide afin de faire une coque meringuée. Au moment de casser cette coque, il devait y avoir “un nuage de citron vert qui viendrait lier tous les éléments” comme l’a confié Martin. Il a également prévu de mélanger du bicarbonate et de l’acide ascorbique pour faire mousser l’une de ses préparations en direct. S’il a raté sa mousse, il a réussi ses coques. Seul souci ? Il les a faites une par une, les premières étaient donc en train de chauffer. Mais il a eu l’autorisation de refaire les coques chaudes pendant que certains dégustaient les dernières mises sur d’autres assiettes.

Le plat de David : Il souhaitait sensibiliser les chefs concernant l’état actuel de notre planète en mettant en avant la déforestation ou le braconnage. David a prévu de cuisiner à la flamme, au barbecue et au chalumeau. Son plat était servi sous cloche, entièrement fumé. Son plat ? Chevreuil farci aux trompettes de la mort, jus de gibier (rappelant le sang), butternut en purée et poêlé, salsifis, girolles et crumble au charbon (pour symboliser la cendre et le bois brûlé). Hélène Darroze trouvait son message génial, mais elle voulait qu’il amène un peu d’espoir. Il a donc prévu de dire que si tout le monde se mobilisait, la planète pouvait être sauvée. Une fois devant le jury, il a raconté son histoire, en oubliant presque de parler de sa cuisine. Si le jury a été quelque peu déprimé par son histoire, il a été ravi de déguster son assiette.

Après délibération, les chefs ont choisi le plat d’Adrien. Il a donc décroché son premier pass.