Top Chef 2021 – Thomas éliminé : “Le chef Michel Sarran n’est pas toujours facile” (EXCLU)

0
5

Coup dur pour Thomas Chisholm. Le jeune chef de 28 ans a été éliminé de Top Chef 2021 lors du dernier épisode diffusé mercredi 7 avril 2021, à l’issue neuf semaines de compétition. Pour Purepeople.com, le candidat de la brigade de Michel Sarran puis d’Hélène Darroze a fait le bilan de son aventure.

À lire aussi

Qu’avez-vous ressenti lors de votre élimination ?

Moi de base je ne suis pas très concours, donc j’étais déjà content d’être arrivé jusque-là, c’était une super belle expérience donc je suis parti plutôt content. Forcément, avec une légère déception de me dire qu’on aurait pu aller plus loin mais la vie c’est comme ça.

Lors de la dernière chance, Philippe Etchebest estime que votre chou “manque de saveur, de goût”. Michel Sarran estime que le chou est “gorgé d’eau”, Paul Pairet le trouve même “aqueux”… Comprenez-vous ces critiques ?

Oui bien sûr ! Je m’étais un petit peu loupé donc il faut assumer, il faut savoir dire quand on a fait quelque chose de moins bien dont j’ai complètement compris leurs critiques, leurs retours, comme pour toute la totalité de ce que j’ai pu faire dans Top Chef. C’est toujours bien dit.

Lors de sa dernière chance, Pierre s’est “fracassé le front”. Durant d’autres saisons, des candidats se sont aussi blessés en off. Cela vous est-il arrivé ?

Non, j’ai eu la chance de ne pas me blesser.

Quel a été le meilleur moment de l’aventure ?

J’ai envie de dire, un petit peu la totalité mais ce qui a été un moment fort de l’aventure c’était la cuisson instantanée devant le chef Angél León.

Quel a été le moment le plus compliqué ?

Je pense que c’est l’épreuve avec le chef Glenn Viel où on a eu un petit souci de ris de veau, donc de matière première. Ça nous a fait louper l’épreuve mais encore une fois ça fait partie du concours.

Vous avez évolué au sein de la brigade de Michel Sarran puis d’Hélène Darroze durant le concours ! Comment les qualifieriez-vous ?

C’est vraiment deux grands chefs qui ont un vrai savoir faire, qui font des critiques très justes. C’est vrai que Hélène Darroze, je n’ai pas eu l’occasion de travailler très longtemps avec elle, ça n’aura duré qu’un seul épisode. Avec le chef Sarran, j’ai beaucoup aimé, il n’est pas toujours facile, il nous en demandait toujours plus, il nous repoussait dans nos retranchements et je pense que c’est grâce à lui que j’ai pu faire quelques petits trucs assez sympa. Il m’a fait me poser les bonnes questions.

Quels rapports entretenez-vous avec les deux chefs aujourd’hui ?

Avec les chefs on ne garde pas contact, d’ailleurs on n’avait pas le droit de se parler hors caméra, donc voilà, on a un peu gardé nos distances. Je n’ai gardé contact avec personne, à part Paul Pairet que j’ai croisé dans le centre-ville de Perpignan, on avait eu l’occasion de discuter un petit peu dans la rue.

Pensez-vous que votre changement d’équipe a joué dans votre élimination ?

C’est possible, et encore, j’étais seul pour la dernière chance. Peut-être que ça m’a mis dans une mentalité un peu différente j’avoue, dès que j’ai changé de brigade j’ai commencé à me poser des questions et ça ne l’a pas fait. Mais je ne pense pas que ce soit à cause de ça. Je me suis loupé sur mon épreuve, donc voilà, je ne peux n’en vouloir qu’à moi.

Dans Top Chef comme au quotidien, il y a peu de femmes en cuisine. Comment le vivez-vous ?

Moi j’ai eu l’occasion et la chance de bosser avec pas mal de femmes en cuisine, ce qui était vraiment super. Je pense que le nombre de femmes en tant que candidates reflète un petit peu ce déséquilibre qu’il y a dans la cuisine en général.

Alexia Duchêne, ex-candidate de Top Chef, avait dénoncé le harcèlement sexuel, voire pire en cuisine. Qu’en pensez-vous ?

Il y a des mentalités en cuisine qu’il faut essayer de changer, il y a encore plein de choses qui ne vont pas et c’est à nous la prochaine génération de chefs de changer un peu tout ça.

Comment avez-vous vécu cette première expérience télévisée ?

Plutôt bien. Depuis des mois, on a plutôt l’habitude de rester dans l’ombre, dans nos cuisines, donc ça change énormément. Mais c’était génial. Depuis le début de l’aventure, je ne reçois que des messages bienveillants, donc j’en garde un très très bon souvenir. Ça ne m’a pas du tout déçu.

Sur les réseaux sociaux, vous faites l’unanimité ! Des fans craquent même complètement pour vous… Qu’avez-vous à répondre à ces déclarations enflammées ?

Forcément ça fait plaisir d’avoir des bons retours sur les réseaux, j’essaye de prendre le temps de répondre à tout le monde, je trouve ça sympa, on ne se connaît pas et les gens prennent le temps de m’écrire donc c’est génial. Après c’est sur qu’en s’inscrivant à Top Chef, il y a un risque de se mettre en avant, c’est compliqué de plaire à tout le monde mais je suis parti du principe que si j’arrivais à rester moi-même, les gens verraient qui je suis, soit ils adhèrent, soit ils n’adhèrent pas.

Êtes-vous un coeur à prendre ?

Eh non ! J’ai une copine.

Vous aviez confié en interview avoir été d’abord recalé au casting de Top Chef puis rappelé pour cette saison 2021. Comment cela s’est-il passé ?

Effectivement, j’avais un ami à moi qui m’a un peu poussé à m’inscrire avec lui mais j’avais mis trop de temps à remplir mon dossier, je pense que ça a beaucoup joué. J’ai commencé les premiers entretiens et ça s’est bien passé mais ça ne l’a pas fait pour la saison 11. Je me doutais bien de toute façon qu’entre le nombre de candidats qui postulent et moi qui m’y prends un peu tard, ça allait être compliqué mais j’étais ravi quand le casteur m’a recontacté l’année d’après pour savoir si j’étais toujours partant.

Vous aviez confié qu’un de vos amis avait participé à la saison 11, qui est-ce ? Quels conseils vous a-t-il donné ?

C’était Gianmarco Gorni. Il m’a donné quelques conseils mais son parcours s’est arrêté assez tôt, malgré le fait que ce soit un super cuisinier, donc je n’ai pas eu autant d’informations que j’aurais voulu avoir. C’était quand même chouette d’avoir un ami qui avait mis le pied dans ce concours.

Comment vivez-vous cette période de pandémie avec les restaurants fermés ?

C’est un moment très particulier, je suis quand même très heureux d’avoir un emploi, d’être en France, de pouvoir bénéficier du chômage partiel, c’est quand même extraordinaire. Je pense que je le vis peut-être mieux que d’autres cuisiniers parce qu’avec cette expérience Top Chef, il se passe quand même des choses pour nous. Même si c’est une période difficile, je ne suis clairement pas à plaindre.

Que pensez-vous du scandale des dîners clandestins ?

Je ne sais pas trop, c’est à chacun de faire comme il le sent, l’important c’est qu’on soit tous responsable. Pour ma part je n’ai jamais eu l’occasion de participer à un repas clandestin, et c’est sûr que les gens doivent faire attention, le but c’est quand même de sortir de cette crise le plus vite possible.

Quels sont vos projets ?

Pour l’instant, je n’ai rien de vraiment concret. J’ai plusieurs idées mais je prends le temps de réfléchir, de faire les bons choix. Je pense qu’on était 15 candidats prêts à se servir de Top Chef comme tremplin, tout le monde est d’accord pour en profiter et booster un petit peu sa carrière.

Contenu exclusif ne pouvant être repris sans la mention de Purepeople.com.