TPMP : Un chroniqueur dans des boîtes de nuit clandestines, il avoue et assume !

0
60

La crise de la Covid-19 empêche encore et toujours de faire la fête comme avant. Les gérants de boîtes de nuit n’ont toujours pas l’autorisation de rouvrir leur établissement pour endiguer l’épidémie. Mais face à autant de restrictions pour ces hommes d’affaires, d’autres ont eu l’idée d’organiser des soirées clandestines. Cyril Hanouna recevait l’un d’entre eux, Hatem, dans le numéro de Touche pas à mon poste de ce mercredi 26 janvier. Il était accompagné d’une journaliste dont la mission était d’infiltrer une soirée.

En entendant les détails de l’organisation et le prix plutôt onéreux payé par la journaliste pour profiter de cette fête, Cyril Hanouna a voulu savoir si des personnalités connues du grand public y avaient également pris part : “Il y avait des jeunes, j’ai croisé des stars de la télé-réalité, j’ai croisé un jeune qui est engagé en politique. Je ne peux pas vous en dire plus” a-t-elle révélé. Si la plupart des chroniqueurs ont dénoncé ce genre de comportements, Guillaume Genton n’allait pas dans ce sens. Il a d’ailleurs avoué avoir déjà participé à ces grandes fêtes : “Oui j’y suis déjà allé, je n’y vais pas souvent mais j’y suis déjà allé“.

Je ne comprends même pas pourquoi on parle de scandale, a déclaré Guillaume Genton. On est en train de traiter comme des criminels des gens qui font des choses qui étaient totalement légales il y a deux mois et qui le seront dans vingt jours, je ne vois pas le sens.” Face à Matthieu Delormeau qui exprimait son incompréhension, le chroniqueur a sorti les griffes : “La police là, c’est bon, c’est insupportable l’interrogatoire du commissaire Delormeau. Au lieu de dire bêtement qu’il faut respecter la loi, pose-toi les bonnes questions. Pourquoi les gens vont là-bas ? Parce qu’ils n’ont plus peur du covid et qu’ils en ont ras le bol des restrictions qui ne servent à rien et qui excluent les gens socialement, c’est tout.”

Hatem a par ailleurs indiqué, sans donner de noms, que “des humoristes, des gens de la télé-réalité et un député” s’étaient déjà montrés dans ce genre d’événements. En mai 2021, un autre scandale du genre avait éclaté. Des clichés pris au cours de dîners clandestins organisés par Pierre-Jean Chalençon avaient circulé sur la Toile. L’ancien acheteur d’Affaire conclue s’était justifié en faisant part de son ras-le-bol : “Le palais Vivienne est beau, on peut y mettre des lumières, on peut s’amuser. […] Ça fait 15 mois qu’on ne peut plus rien faire, moi je n’ai pas eu un euro d’aide ! Je fais ce que je veux, je suis encore en France, je suis un citoyen normal.”