Trop travailler peut nuire à votre carrière

0
505

Faire des heures supplémentaires au travail n’aide pas à décrocher des promotions, selon une nouvelle étude.

Etre un bourreau de travail qui ne compte pas ses heures ne permet pas d’accéder à des postes à responsabilités. Deux chercheurs soulignent dans une étude que le travail intensif ne favorise pas l’ascension professionnelle. Pire, cela peut même se révéler contre-productif pour sa carrière, dixit les deux chercheurs, Argyro Avgoustaki de l’ESCP Europe Business School et Hans Frankfort, de l’université de Londres. L’étude de la City University of London s’est basée sur les données de 51 895 employés européens entre 2010 et 2015. Les auteurs ont mesuré l’impact du travail en heures supplémentaires et “l’intensité du travail” sur le bien-être général (stress, fatigue et satisfaction professionnelle) ainsi que sur les perspectives de carrière, la sécurité de l’emploi et la reconnaissance.

Sur le même sujet

Conseils-burn-out

Verdict : “un effort de travail plus important est associé à un bien-être réduit et à des résultats inférieurs liés à la carrière”, résument les auteurs.

Le travail intensif coûte trop au salarié

Le coût physique du travail intensif, avec l’augmentation du stress et de la fatigue l’emporte sur les avantages obtenus pour l’effort fourni, assure l’étude. Cet impact psychologique se traduit par une insatisfaction grandissante et une baisse de la productivité des salariés.

“Nous avons été quelque peu surpris de constater que l’effort de travail, qu’il s’agisse d’heures supplémentaires ou d’intensité de travail, ne prédisait aucun résultat positif pour les employé”, en terme de promotion et de reconnaissance, observe Argyro Avgoustaki, professeur assistant de gestion stratégie à Cass Business School, au site INSIDER.

En s’investissant énormément en multipliant les heures supplémentaires, le salarié a plus de risques de récolter du stress et de la fatigue que d’être gratifié pour ses efforts fournis. Les chercheurs invitent donc les éventuels “workaholics” (accros au travail) de lever le pied en apprenant à faire des pauses et à fractionner les taches afin de prévenir ces effets négatifs. Profitez aussi des pauses pour faire de la méditation en suivant notre séance guidée.

Lire aussi

3 méthodes pour gérer son stress au travail

Elle décède après 159 heures supplémentaires en un mois

Travail de nuit : la bonne alimentation pour ne pas grossir