Tyra Sanchez (RuPaul’s Drag Race) arrêtée par la police pour vandalisme

0
71

De héros à zéro ? James William Ross, que l’on a découvert sous le pseudonyme de Tyra Sanchez – “The other Tyra” – dans la deuxième saison de RuPaul’s Drag Race, enchaîne décidément les grosses gaffes. Selon les informations du site américain TMZ, le jeune homme de 32 ans a été arrêté le jeudi 20 août 2020 aux alentours de 10h30 après avoir taggé un immeuble situé à Atlanta, en Géorgie. D’après la police département locale, il ferait face à un chef d’accusation pour dégradation de biens.

À lire aussi

James William Ross a été transporté à la Fulton County Jail. Les agents de sécurité ont expliqué aux forces de l’ordre que quelqu’un avait écrit sur l’un des murs du bâtiment la phrase “Ne venez jamais vivre ici“. Un autre témoin a vu James William Ross en plein acte. Difficile d’affirmer que la citation vient de lui ou non… mais le jeune homme serait bien placé pour l’avoir imaginée. En effet, l’ancien protégé de RuPaul Charles vit dans le fameux immeuble. Il ne payerait plus son loyer, d’ailleurs, et serait considéré comme un squatteur.

En 2010, la vie souriait à James William Ross. 21 ans à peine, en tant que Tyra Sanchez, il avait remporté la deuxième saison de RuPaul’s Drag Race, faisant suite à BeBe Zahara Benet. Mais cette victoire est sans doute la plus controversée de l’histoire du show. Après sa victoire, la drag queen avait légèrement vrillé et s’était mise un grand nombre de ses consoeurs à dos. Elle avait entre autre annoncé la fausse mort de Morgan McMichaels, avait diffusé le numéro de téléphone privé de Tatianna sur Instagram et avait été bannie du DragCon après avoir menacé Phi Phi O’Hara.

Si cet article est rédigé au masculin, c’est parce que James William Ross a enterré son personnage et quitté l’univers du drag. Au début de l’année 2020, il a partagé une longue lettre sur les réseaux sociaux en expliquant qu’il avait “dépassé son besoin de se déguiser“, qu’il voulait désormais “des muscles“, “arrêter de se raser constamment” et qu’il fallait cesser de l’appeler “Tyra“, “Madame” ou “Queen“. Les graffitis faisaient aussi, visiblement, partie de la liste de ses envies…