Un élu LaREM accusé de sexisme après un vif échange avec une sénatrice EELV

0
87

50 tweets en 97 minutes. Ce lundi, Joachim Son-Forget, n’y est pas allé pas de main morte sur Twitter. Il a d’ailleurs provoqué beaucoup de réaction sur le réseau social, après avoir pris une sénatrice EELV à partie. La dispute virtuelle a commencé le 23 décembre. Sur Twitter, le député LaREM des Français à l’étranger dénonce les termes utilisés dans un message posté par Esther Benbassa, dans lequel la sénatrice revenait sur des termes employés par Brigitte Macron, citée dans un papier du Monde.

Dans l’article, la première dame utilise les mots “violence” et “vulgarité” pour décrire le comportement de certains manifestants en marge des mobilisations des gilets jaunes. Des termes qui ont déplu à la sénatrice. Dans un premier message posté sur Twitter, elle écrit: “ce n’est donc pas violent, la pauvreté? Et elle n’est pas vulgaire, l’arrogance aux dents blanches des riches et des puissants?”. 

Il n’en fallait pas plus pour énerver Joachim Son-Forget, qui considère que la sénatrice a “détourné” un article pour “mettre de l’huile sur le feu”. Dimanche matin, il attaque directement Esther Benbassa sur Twitter. “Avec le pot de maquillage Esther Benbassa que vous vous mettez sur la tête, vous incarnez plus que jamais ce que vous tentez maladroitement de caricaturer. Vous le sentez l’amalgame violent maintenant?”, écrit l’élu.

Joachim Son-Forget ne s’arrête pas là. Après avoir publié ce message, il tweete par moins de cinquante fois en 97 minutes au sujet de la sénatrice, en postant de nombreuse photos d’elle. Plusieurs internautes, indignés, ont accusé le député de “sexisme” et de “harcèlement”. Dans la foulée, l’élu a supprimé tous ses messages, à l’exception de sa première invective.

Esther Benbassa, s’est alors empressée de répondre au député. “Là, pour tromper son oisiveté, c’est plus fort que lui, il m’insulte sur mon physique et me harcèle: 50 twits en 97mn. @GillesLeGendre doit d’urgence lui trouver une occupation pour le 31”, écrit la sénatrice écolo. 

Si la sénatrice s’est arrêtée là, ce n’est pas le cas du député, qui s’en est ensuite pris à ceux qui la défendaient sur Twitter. Dans un post, une internaute écrit notamment: “Tweeter 50 photos d’une opposante politique après s’en être pris à son physique (“Avec le pot de maquillage que vous vous mettez sur la tête”) est effectivement tout ce qu’il y a de plus respectueux, et digne d’un élu. Un vrai parangon de finesse, effectivement”. Réponse de Joachim Son-Forget: “Dois-je vous rappeler que vous n’êtes personne?”. 

Pour se défendre face à la polémique grandissante, Joachim Son-Forget explique que la référence au maquillage n’est en aucun cas une “attaque sur le physique”, et qu’il n’est par conséquent aucunement “sexiste”. “Maquillage, vêtements et accessoires, sont des choix faisant appel au libre-arbitre”, a-t-il argumenté. 

Habitué des polémiques, le député n’hésite pas à s’en prendre personnellement à ses détracteurs sur Twitter.