Connect with us

Un journal breton veut aider Ben Harper à retrouver son vendeur de falafels à Rennes

Dépêche

Un journal breton veut aider Ben Harper à retrouver son vendeur de falafels à Rennes

Ben Harper a rendu hommage dans la presse bretonne, comme l’a noté mercredi le Télégramme, à un vendeur de falafels avec qui il avait discuté toute une nuit de 1993, après un concert à Rennes.

On imagine que depuis 25 ans, on peut tomber à Rennes, ou dans les environs, sur un commerçant qu’on n’a pas trop besoin de pousser pour qu’il vous raconte une nuit de 1993 passée à discuter et à rire avec Ben Harper. Bonne nouvelle pour lui: non seulement le chanteur n’a pas oublié cette rencontre, dont il conserve le souvenir comme un diamant intérieur, mais le Mensuel de Rennes, auquel il a accordé un entretien pour le numéro de novembre, lance un appel pour retrouver le vendeur de falafels et le mettre en contact avec l’artiste. 

Dans cette interview, citée par Le Télégramme ce mercredi, Ben Harper se transporte un quart de siècle en arrière, jusqu’à cette nuit de décembre 1993 qui suivait son concert sur la scène des Trans’Musicales de Rennes. Il s’agissait alors de son premier concert à l’étranger. Ben Harper n’a pas ménagé sa peine ni son plaisir au point de parler aujourd’hui de sa venue au festival breton comme d’une “renaissance”. 

“Il adorait mes chansons” 

Ce soir-là, le jeune musicien de 23 ans sort si enthousiasmé de son tour de chant qu’il ne parvient pas à dormir et erre, seul, dans les rues du centre-ville d’Ille-et-Vilaine. Il vient de connaître la gloire, il va bientôt en recueillir les conséquences. Au hasard de ses déambulations, il s’arrête en effet devant l’échoppe d’un vendeur de falafels. Celui-ci est un sympathisant de sa cause. “Le propriétaire faisait tourner mon EP Like a King sur sa stéréo. Il adorait visiblement mes chansons. Cette intensité qui entourait la musique que j’avais écrite était totalement nouvelle pour moi. Fort heureusement, il (le vendeur de falafel) parlait anglais. Nous avons mangé, parlé et ri toute la nuit”, a retracé Ben Harper auprès du Mensuel de Rennes. 

Et Ben Harper avait un message pour son ami d’une nuit: “J’espère que par un hasard incroyable, il lira ceci. Je voudrais lui dire à quel point cette nuit a compté pour moi.” Le Mensuel de Rennes lance un appel et demande au vendeur de falafels ou à l’un de ses proches de contacter  la rédaction du Mensuel de Rennes au 02 99 79 04 65 ou rennes@lemensuel.com pour aider les deux hommes à renouer. 
 

Continue Reading
You may also like...
Click to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

More in Dépêche

To Top