Un spot de surf devenu l’épicentre du bitcoin au Salvador

0
35
placeholder

El Zonte, 3.000 habitants, un “spot” de surf réputé des amateurs sur la côte pacifique du Salvador, est devenu l’épicentre du bitcoin avant même que la très volatile cryptomonnaie décentralisée ne soit reconnue dans le pays comme devise officielle.

Au pied de montagnes rocheuses, à 56 km au sud-ouest de San Salvador, c’est ici que se forment parmi les meilleures vagues du pays.

Mais depuis deux ans, El Zonte a acquis une nouvelle réputation: celle d’être la toute première ville à utiliser les cryptomonnaies, ou monnaies virtuelles, dans la vie de tous les jours, pour des achats en magasins ou pour payer des factures.

Et depuis que le Parlement salvadorien a approuvé mercredi la loi faisant du Salvador le premier pays au monde à légaliser le bitcoin, El Zonte attire forcément la curiosité.

“Ici on accepte les bitcoins”, indique un panneau devant l’épicerie de quartier “Mama Rosa”.

“Cela a été une bonne expérience. Nous avons commencé sans rien vraiment savoir”, déclare à l’AFP Celina Fuentes, une employée du magasin d’El Zonte qui fait aussi restaurant.

Elle explique que la pandémie a poussé ses patrons à utiliser le bitcoin car en raison de la quarantaine de nombreux clients ne pouvaient pas sortir faire des achats ou aller à la banque chercher de l’argent liquide.

Et la crypto-monnaie, qui permet des paiements à distance, était la solution.

placeholder

“Le business avec le bitcoin s’est super bien passé, il y a eu des bénéfices quand sa valeur s’est élevée. Et c’était même pas mal de bénéfices !”, s’enthousiasme-t-elle. “Maintenant que la monnaie est un peu redescendue, nous continuons quand même à l’utiliser parce que nous avons trouvé l’expérience positive”, ajoute Mme Fuentes.

– Fini les billets –

L’adoption du bitcoin comme monnaie légale par le Salvador ravit de nombreux adeptes des cryptomonnaies pour qui un cap historique a été franchi, alors qu’au contraire de nombreux régulateurs en Europe, en Chine ou en Amérique du Nord s’arment contre ce marché qui a explosé ces derniers mois.

Le président salvadorien Nayib Bukele, qui a promulgué la loi dite “Bitcoin” qui donnera à la crypto-monnaie un cours légal dans le pays dans les quatre-vingt-dix jours, entend ainsi affirmer son indépendance vis-à-vis du dollar, la monnaie américaine utilisée dans l’économie salvadorienne dollarisée comme dans la plupart des pays sud-américains.

Cela, a-t-il expliqué, évitera de perdre des “millions de dollars” en taux de change interbancaire lors d’envoi d’argent de la diaspora salvadorienne, un soutien important à l’économie nationale, équivalent à 22% du produit intérieur brut (PIB).

A El Zonte, chaque jour, de plus en plus de personnes se lancent dans l’aventure soit pour faire des affaires, soit pour gérer leurs comptes personnels, ou simplement par curiosité.

Hamer Valenzuela, maçon d’une trentaine d’années, utilise le bitcoin depuis peu et dit ne “plus” s’intéresser “au dollar” américain.

“Je n’ai plus de billets dans mon portefeuille”, dit-il en réglant chez “Mama Rosa” sa canette de soda en bitcoin à l’aide de son téléphone portable.

“Je regarde si la monnaie monte ou descend” car ça “me génère des bénéfices”, dit-il à l’AFP.

À El Zonte, où la plupart des utilisateurs de bitcoins sont des jeunes et des étrangers qui ont créé de petites entreprises, un distributeur automatique permet d’ouvrir un compte et convertir les dollars en crypto-monnaie.

Ce premier convertisseur de dollars en bitcoin du pays est aujourd’hui bondé.

Depuis que le président Bukele a promulgué la loi, les transactions sont passées d’une moyenne de trois à vingt-cinq par jour, indique Jessica Véliz, chargée de guider les nouveaux fans de crypto.

placeholder

“Je me suis dit que ça serait bien d’avoir une monnaie virtuelle”, déclare à l’AFP Jose Rafael Morales, un représentant de commerce qui a fait 110 km depuis Llobasco, au centre du pays, pour venir à El Zonte.

“Voici mon premier investissement dans les bitcoins”, se réjouit-il après avoir fait avaler 600 dollars au distributeur, aussitôt transformés en monnaie virtuelle sur son nouveau compte en banque.