US Open: Pause toilette, quand Tsitsipas prend un savon

0
12
placeholder

Au lendemain de la colère d’Andy Murray, due à la longue pause toilette prise par Stefanos Tsitsipas, qui a selon lui influé sur sa défaite au 1er tour de l’US Open, Alexander Zverev et d’autres ont moqué et fustigé la pratique du Grec.

Dans son petit coin, le 3e mondial a dû avoir les oreilles qui ont sifflé de plus belle mardi, quelques heures à peine après sa victoire remportée de haute lutte, en cinq sets, face à l’Ecossais.

Car Alexander Zverev (4e mondial), un de ses rivaux sur le circuit, ne s’est pas privé d’en rajouter une couche, après sa qualification au 2e tour.

Evoquant les joueurs susceptibles, comme lui, de priver Novak Djokovic d’un Grand Chelem calendaire à Flushing Meadows, l’Allemand a cité: “Daniil (Medvedev), qui est en très bonne forme. Stefanos peut aussi bien jouer Et s’il ne part pas sur la lune en allant aux toilettes, cela aidera aussi”.

“J’ai dû la faire, je suis désolé”, s’est-il aussitôt excusé hilare.

placeholder

Une plaisanterie en écho au Tweet cinglant d’ironie de Murray, qui n’avait toujours pas décoléré en matinée. “Fait du jour. Il faut à Stefanos Tsitsipas deux fois plus de temps pour aller aux toilettes qu’il n’en faut à Jeff Bezos pour voler dans l’espace. Intéressant”, a-t-il écrit en référence à l’aller-retour de quelque dix minutes entre la Terre et l’espace récemment effectué par le milliardaire américain.

– “Endroit magique” –

La veille, il avait dénoncé la pause toilette, longue de sept minutes, prise à l’issue du 4e set par Tsitsipas, qui s’était aussi fait manipuler sa voute plantaire droite par un kiné et avait encore pris du temps pour changer une raquette.

placeholder

“Il a abusé de toutes ces règles qui permettent de casser le rythme du match. Ce n’est pas un hasard s’il a pris toutes ces pauses quand j’allais servir ou quand je le mettais en difficulté, comme sur son service à 0-30, quand je menais deux sets à un… Il sait très bien ce qu’il a fait, j’ai perdu tout respect pour lui”, asséna-t-il très amer.

Tsitsipas s’est défendu, arguant “ne pas avoir enfreint les règles”. “J’ai pris mes vêtements avec moi lorsque j’ai quitté le court. (Sept minutes) c’est le temps qu’il me faut pour me changer et revenir à pied.”

“Je crois vraiment, et Andy l’a bien dit, qu’il y a un certain niveau de respect qu’on doit tous avoir entre joueurs”, a plus sérieusement estimé Zverev, qui avait lui aussi pointé une pause toilette suspecte de Tsitsipas, en demi-finale du Masters 1000 De Cincinnati.

“Il est parti pendant plus de 10 minutes. Son père envoyait des textos sur son téléphone. Il est revenu, et tout d’un coup, sa tactique du match a complètement changé. Soit il se rend dans un endroit magique, soit on peut communiquer là-bas”, a-t-il exposé.

– “Ridicule” –

placeholder

“Cela se produit à chaque match. Ce n’est pas normal. Contre moi à Cincinnati, c’était ridicule et ça l’est ici encore. Il est l’un des meilleurs joueurs au monde. Je ne crois pas qu’il ait besoin de faire ça. Ce genre de choses arrive dans les épreuves juniors, mais pas quand on est dans le top 3 mondial”, a conclu l’Allemand.

L’Américain Reilly Opelka, également qualifié pour le 2e tour mardi, a lui dit comprendre la nécessité de ces pauses. “Nous nous hydratons beaucoup. Nous devons aller aux toilettes. Pour changer mes chaussettes, mes chaussures, mes semelles dans mes chaussures, mon short, ma chemise, tout, la totale, la casquette, ça prend cinq, six minutes. Sans compter le temps pour y aller et revenir.”

“Pause toilette” ou “pause serviette”, le traitement n’a en tout cas pas été le même pour l’Australien Nick Kyrgios, sanctionné pour une violation de temps, alors qu’il venait d’en poser une dans un box réservé, protocole Covid-19 oblige, lundi soir lors de sa défaite face à l’Espagnol Roberto Bautista.

“C’est une blague, je dois faire vingt pas de plus pour m’essuyer les bras parce que je transpire et j’ai une violation de temps, mais quelqu’un peut aller aux toilettes pendant 20 minutes et c’est bon ? Faut m’expliquer. Cela n’a aucun sens”, a-t-il pesté.