Véronique Jannot, sa relation tendue avec sa fille Migmar : “Ça s’est entrechoqué, même violemment”

0
11

Le dimanche 30 mai 2021, les enfants de tout le pays célèbreront les mamans. Tous… ou presque. Chez Véronique Jannot, la fête des Mères n’a pas beaucoup d’importance. Sa fille adoptive Migmar “n’a pas été élevée dans cette culture-là“, ce qui arrange bien la comédienne, “saoulée” par ce type de célébrations. Leur relation est si forte au quotidien, qu’elle ne ressent pas le besoin de s’accorder une journée spéciale.

L’histoire a commencé quand Véronique Jannot a décidé de monter l’association Graines d’avenir. A 22 ans, l’actrice a appris qu’elle ne pourrait pas avoir d’enfant, un diagnostic qui l’a partiellement poussée à s’investir auprès de petits tibétains en exil. “Quand j’ai créé l’association, nous avions toute une pile de dossiers d’enfants à parrainer, rappelle-t-elle au magazine Nous Deux. J’en ai pris trois un peu au hasard : un petit moine, une famille et une petite fille qui venait d’arriver à Dharamsala. L’année d’après, j’y suis retournée pour la rencontrer. C’est la première fois que j’ai pris sa main, et je ne l’ai plus jamais lâchée.

Nous avons dû nous apprivoiser

Voilà un conte digne des plus beaux recueils. Mais, évidemment, les choses n’ont pas été aussi simples. Pendant sept ans, Véronique Jannot a emmené Migmar en vacances, lui a apporté des cadeaux. Jusqu’à ce que la jeune fille la rejoigne en France, pour la première fois à 15 ans, et ne souhaite plus jamais repartir. “C’est une jolie relation mais elle n’est pas lisse, précise l’actrice. Nous avions chacune notre parcours, nous n’avions jamais vécu ensemble, nous avons dû nous apprivoiser. Parfois ça s’est entrechoqué, même violemment, mais certaines choses sont inscrites dans l’univers. Notre histoire est tellement dingue !