Vianney cible de déferlements de haine à cause de The Voice : “Ça blesse mes proches…”

0
11

Régulièrement critiqué sur Twitter depuis qu’il est devenu coach dans l’émission The Voice, Vianney a révélé au magazine Psychologies comment il vivait tout les “déferlements de haine” à son sujet. Surnommé “le chat” par Amel Bent, l’artiste a en effet été plusieurs fois la cible d’insultes sur les réseaux sociaux.

Le trouvant bien trop excité et trop “remuant” lors des différents prime, certains internautes avaient notamment souligné le fait que le chanteur avait déjà cassé deux sièges depuis son arrivée, du fait de ses cabrioles et de ses sauts frénétiques sur les fauteuils rouges. Mais n’en déplaisent à ces haters, le mari de Catherine Robert se moque de ne pas plaire à tout le monde. “Depuis que j’ai rejoint le jury de The Voice, j’ai droit à des déferlements de haine sur Twitter. (…) Ça blesse mes proches, mon équipe. Moi pas. J’ai décidé que je n’en avais rien à faire. Je n’ai jamais prêté attention aux vents contraires, et en cas de coup dur, je sais que je peux tenir“, déclare-t-il avant de confier se sentir parfaitement “serein et heureux“.

Rien à faire !

Bien dans ses baskets, l’interprète des titres Je m’en vais et Beau-papa explique : “J’ai décidé que je n’en avais rien à faire (…) C’est comme si la vie me glissait dessus : j’ai du mal à me rappeler de moments où je n’étais pas bien. Ou alors ils n’ont pas duré : quand quelque chose ne va pas, je change de cap. Je me suis toujours donné cette liberté : dire stop, penser à moi, réorienter.” Des valeurs sans doute héritées de son enfance particulière.

Il y a quelques jours, c’était sa complice Amel Bent – également jurée dans The Voice – qui avait révélé à Télé Loisirs sa technique pour ne pas prendre trop à coeur les critiques sur les réseaux sociaux… Les ignorer tout simplement ! Sincère, elle confiait : “Je vois tellement de critiques sur les réseaux sociaux qui disent que j’en fais trop, que je parle trop… Avec la diffusion de The Voice je suis même obligée de couper mes réseaux sociaux le week-end à cause des haters. Il y a plein de choses qui se mélangent, un auditoire qui n’est pas toujours bienveillant. Vous savez, je parle beaucoup plus dans la vie qu’à la télé ou en interview. Ce que les gens ne savent pas, c’est qu’à la télé, je me censure. En vrai, je suis pire !