Virus: Israël et Melbourne déconfinent doucement, l’Europe dans la deuxième vague

0
50

Israël et la ville australienne de Melbourne, soumis à des restrictions draconiennes à cause de la pandémie de Covid-19, ont amorcé dimanche un déconfinement progressif, au moment où l’Europe, confrontée à une puissante deuxième vague, prend le chemin inverse.

Après un mois de restrictions, crèches, écoles maternelles, parcs nationaux et plages ont rouvert en Israël, les entreprises n’accueillant pas de public ont repris le travail et les Israéliens peuvent désormais se déplacer à plus d’un kilomètre de leur domicile.

Les rassemblements restent toutefois limités à moins de 10 personnes en intérieur et 20 en extérieur.

“Nous sortons (du confinement) cette fois-ci avec prudence”, a déclaré le Premier ministre Benjamin Netanyahu. Cette première phase doit s’étaler sur plusieurs mois, jusqu’en février 2021.

Au printemps, Israël avait rapidement levé un premier confinement, voulant relancer l’économie. Mais le pays de neuf millions d’habitants avait enregistré en septembre l’un des plus forts taux au monde de contamination au nouveau coronavirus, depuis divisé par quatre, selon des données de l’AFP.

Au total, les autorités y ont recensé plus de 302.800 malades, dont près de 2.200 décès.

– 100 jours de confinement –

En Australie, les cinq millions d’habitants de Melbourne, deuxième ville du pays confinée depuis plus de 100 jours, peuvent depuis dimanche sortir plus de deux heures par jour de leur domicile et s’en éloigner de 25 km au maximum, pour faire du sport, acheter des produits de première nécessité et exercer les professions jugées essentielles.

Daniel Andrews, le Premier ministre de l’État de Victoria où se trouve Melbourne, a cependant rejeté une levée de toutes les restrictions de déplacements et une réouverture plus large des restaurants et autres commerces, évoquant un nouvel assouplissement le 1er novembre si l’épidémie restait sous contrôle.

“Je ne fais pas ce qui est populaire, je fais ce qui est sûr”, a-t-il lancé.

Depuis le début de la pandémie, l’Australie (25 millions d’habitants) a dénombré quelque 27.000 cas et 904 décès, dont 800 dans l’Etat de Victoria.

Ces quelques signes d’améliorations locales ne renversent pas la tendance mondiale: les indicateurs sont au rouge. Au moins 1.111.152 décès et plus de 39,7 millions de contaminations ont été recensés depuis le début de la pandémie, selon un comptage réalisé dimanche par l’AFP. Pour la seule journée de samedi, 5.302 décès et 372.882 nouveaux cas ont été enregistrés.

Les Etats-Unis sont le pays le plus endeuillé (au moins 219.289 morts, soit près d’un sur cinq dans le monde), suivis par le Brésil (153.675 morts) et l’Inde (114.031 morts).

– Flambée en Europe –

En Europe, la situation est “très préoccupante”, juge l’Organisation mondiale de la santé: le continent a connu une hausse de 44% des nouvelles contaminations cette semaine, alors que l’Amérique latine, le Moyen-Orient et l’Asie connaissent une baisse, selon un décompte de l’AFP.

La France, qui a recensé samedi plus de 32.000 nouveaux cas, a instauré un couvre-feu de 21H00 à 06H00 pour au moins un mois dans une dizaine de grandes villes, dont Paris et sa banlieue. Au total, 20 millions de personnes sont concernées, soit presque un tiers de la population du pays, qui a un des pires bilans d’Europe (plus de 33.300 morts et 834.770 cas).

Samedi soir, les rues de la capitale française, généralement très animées, se sont progressivement figées dans le silence, rappelant le confinement total de presque deux mois décrété lors de la première vague épidémique du printemps.

Le Royaume-Uni, pays le plus endeuillé d’Europe (43.579 morts, 15.000 nouveaux cas vendredi) a également serré la vis samedi: à Londres et dans plusieurs autres zones, soit 11 millions de personnes, les réunions en intérieur entre parents et amis de différents foyers sont interdites. Quant au Lancashire (nord-ouest) et à Liverpool, ils sont en alerte sanitaire maximale, ce qui implique l’interdiction des rencontres entre différents foyers en intérieur comme en extérieur, et la fermeture des pubs ne servant pas de repas.

En Allemagne, qui bat aussi ses records quotidiens de nouveaux cas, la chancelière Angela Merkel a solennellement demandé samedi à ses concitoyens de réduire au maximum leurs relations sociales et de rester chez eux.

La Slovaquie a annoncé une campagne de dépistage de tous les plus de 10 ans, tandis que la Slovénie a elle renoncé au traçage des contacts de personnes infectées, faute d’effectifs suffisants.

– Se laver les mains! –

En Pologne, Varsovie et d’autres grandes villes ont fermé collèges et lycées, interdit les cérémonies de mariage, restreint le nombre de personnes admises dans les commerces, transports et lieux de culte, et les restaurants doivent fermer à 21H00.

En République tchèque, qui a le plus fort taux de contaminations et de décès pour 100.000 habitants du continent, le gouvernement a demandé à l’armée de construire un hôpital de campagne de 500 lits à l’extérieur de Prague.

L’Italie, déjà durement touchée au printemps, a signalé vendredi 10.010 nouveaux cas, son record quotidien absolu. Depuis samedi, bars et restaurants doivent fermer à minuit en Lombardie (nord), région la plus touchée.

Le gouvernement italien a décidé dimanche de mobiliser 39 milliards d’euros supplémentaires pour soutenir son économie, la troisième de la zone euro.

Pour lutter contre la pandémie, le lavage fréquent des mains, recommandé par l’OMS depuis le début, est essentiel, confirme une étude japonaise, selon laquelle le coronavirus survit 9 heures sur la peau, cinq fois plus longtemps que la grippe.

Le coronavirus et le virus de la grippe sont tous deux inactivés en 15 secondes par l’application d’éthanol, utilisé dans les désinfectants pour les mains.

© 2020 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP.