Virus: la pandémie continue de progresser en Amérique latine, vers une réouverture des frontières de l’UE

0
117

Soixante-dix mille morts en Amérique latine et aux Caraïbes et deux millions de personnes contaminées aux Etats-Unis: la pandémie de coronavirus a franchi de nouveaux seuils sur le continent américain dans la nuit de mercredi à jeudi, alors que l’Europe envisage d’ouvrir ses frontières extérieures en juillet.

Sur près de 1,5 million de personnes contaminées dans l’aire allant du Mexique à la Terre de Feu en passant par les îles des Caraïbes, 71.104 sont mortes, dont près de 40.000 au Brésil, le troisième pays le plus endeuillé au monde.

Sao Paulo, la capitale économique du Brésil, a rouvert partiellement ses commerces mercredi. Et les centres commerciaux de la mégapole doivent rouvrir jeudi, à la veille de la Fête des Amoureux (la Saint-Valentin brésilienne).

A Rio de Janeiro, deuxième ville la plus peuplée du pays et principale destination touristique, le maire a confirmé l’ouverture des centres commerciaux jeudi alors que plusieurs experts jugent l’ouverture des magasins hâtive, la courbe de la pandémie continuant à monter dans le pays.

Le Mexique, deuxième pays latino-américain le plus endeuillé, a dépassé mercredi le seuil des 15.000 décès.

En Colombie, le coronavirus a cependant apporté célébrité et revenus à Nubia Gaona et ses enfants, une famille paysanne qui vivait dans le dénuement avant de partager sur YouTube des conseils simples pour les citadins confinés.

Comment semer de la menthe ou des oignons, créer un jardin vertical, domestiquer un petit cochon ou préparer de la confiture de lait… Leurs idées ont été partagées des dizaines de milliers de fois depuis mai.

“Nous allons aider toutes les familles paysannes. Déjà, nous avons commencé avec deux familles qui vendent leurs produits par notre chaine”, se réjouit David, 14 ans, décidé à éviter les intermédiaires.

– Suppressions d’emplois –

Dans le monde, le Covid-19 a fait plus de 414.000 morts, et infecté plus de 7,3 millions de personnes. Des chiffres officiels sans doute inférieurs à la réalité, selon la communauté scientifique.

La Russie a dépassé jeudi la barre des 500.000 cas, observant malgré tout un retour progressif à la vie normale avec la fin du confinement à Moscou et un début de réouverture des frontières.

Les Etats-Unis sont le pays le plus touché, et de loin: ils ont passé dans la nuit de mercredi à jeudi le cap des 2 millions de personnes infectées, et déplorent 112.900 morts. Le pays continue à enregistrer autour de 20.000 nouveaux cas de coronavirus chaque jour, et peine à redescendre de ce plateau.

Les plages de Miami ont néanmoins rouvert mercredi après près de trois mois de fermeture. Mais il faudra du temps avant que ne reviennent les sept millions de touristes que Miami Beach recevait chaque année.

Plus globalement, l’économie américaine va connaître une récession de 6,5% cette année, selon les nouvelles estimations de la Banque centrale américaine (Fed) publiées mercredi.

Au niveau mondial, la récession sera d’au moins 6%, selon l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

Dans une note publiée jeudi, l’OCDE estime par ailleurs que cette récession pourrait durablement chambouler les parcours migratoires, en mettant notamment un coup d’arrêt à l’immigration économique vers les pays riches où les demandes d’asile devraient en revanche s’intensifier.

La crise sanitaire a mis au chômage des millions de personnes et les annonces de suppressions d’emplois se poursuivent.

Jeudi, le groupe aérien allemand Lufthansa a annoncé son intention de supprimer 22.000 postes dans le monde, soit 16% de son effectif. Le fournisseur d’énergie britannique Centrica a lui annoncé vouloir supprime 5.000 emplois.

– Tour Eiffel le 25 juin –

En Europe, où les nouvelles hospitalisations et les chiffres des décès sont en chute libre, la Commission européenne va publier dans la semaine ses propositions pour une levée “progressive et partielle” des restrictions de voyages aux frontières extérieures de l’UE à partir du 1er juillet.

Il s’agirait de lever les restrictions avec certains pays tiers en prenant en compte “un certain nombre de principes et de critères” et en se basant sur une “approche commune” entre Etats membres.

Le déconfinement se poursuit sur le Vieux Continent. A Paris, la tour Eiffel rouvrira le 25 juin avec port du masque obligatoire et montée uniquement par les escaliers, avec un nombre de visiteurs limité.

En Espagne, qui a enregistré plus de 27.000 décès, le Championnat de football a repris mercredi, après trois mois d’interruption. Dans le pays, le masque restera néanmoins obligatoire sous peine d’amende.

– Les médecins indiens inquiets –

Les perspectives apparaissent plus sombres en Inde où des médecins épuisés craignent que la crise sanitaire ne fasse que commencer.

“Nous ne savons pas quand le pic interviendra”, déclare à l’AFP le docteur Deven Juneja au Max Smart Super Speciality Hospital, à New Delhi. “Nous espérons tous le meilleur mais nous nous préparons mentalement et physiquement au pire”.

Le pays a enclenché son déconfinement mais 10.000 nouveaux cas sont encore confirmés chaque jour, avec au total jusqu’ici plus de 275.0000 infections.

Si la Chine, premier pays touché par le nouveau coronavirus, se remet progressivement de l’épidémie, des millions de personnes ont perdu leur emploi et pour joindre les deux bouts, les plus vulnérables s’improvisent vendeurs de rue, proposant des plats préparés, des sous-vêtements, des jouets, ou même… des petits lapins vivants.

A l’image de Wang Zhipin, 72 ans, installé dans un passage souterrain de Pékin et qui cherche désespérément des clients pour ses chaussettes.

“Les affaires ne sont pas très bonnes”, peste le vieil homme, ancien agent d’entretien originaire de la province centrale du Henan. “Je n’ai pas d’autre source de revenus et ma santé est trop mauvaise pour continuer à nettoyer par terre”.

En Thaïlande, un millier d’éléphants menacés par la faim ont fui les camps désertés par les touristes et regagné leur village natal et des dizaines sont encore sur les routes. Une vague migratoire sans précédent et non dénuée de risques pour les pachydermes car les vastes forêts entourant le village ont été défrichées pour laisser place à la culture du maïs et il n’y a pas de quoi subvenir aux besoins d’un aussi vaste troupeau.

Certains se prennent à espérer que cela enclenche une large sur le sort des éléphants, exploités dans des parcs d’attraction ou des “sanctuaires” qui sous couvert d’éthique et de respect dissimulent souvent un juteux business où le dressage reste brutal.

burx-oaa/jhd

© 2020 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP.