Xavier Delarue, le deuil de son père impossible : “Il y a des zones d’ombre”

0
334

Le 1er août 2020, Xavier Delarue, candidat de Secret Story en 2007, a fait savoir que son père était mort du Covid-19. “Il a été frappé de plein fouet dans son établissement (Ehpad) lors de sa mise en quarantaine, puis le confinement national“, avait-il notamment indiqué. Depuis, le compagnon de Tatiana a bien du mal à faire son deuil, car il existe selon lui des incompréhensions et des zones d’ombre. Lundi 6 avril 2020, il a poussé un coup de gueule et s’est adressé à Olivier Véran, ministre des Solidarités et de la Santé.

À lire aussi

Jamais sans réponses, Mr Veran, Mr le Ministre de la Santé. Aidez-nous (ma Famille, Les Familles & Moi) à comprendre pourquoi. Que nous puissions faire notre deuil sereinement et comme il se doit“, a lancé Xavier Delarue en légende d’une photo de lui avec son père. Très remonté, l’ex-basketteur a ensuite publié un long texte.

Le voici tel quel : “Je tenais à vous remercier pour tous vos messages de soutien face au décès de mon papa et à la tragédie injuste qui frappe ma famille et moi. Merci de nous partager votre force, elle est réparatrice. Cependant, de la même manière que notre deuil ne pouvait se faire sans que mon papa et beaucoup d’autres victimes ne soient pas comptabilisés (ce qui est le cas depuis peu), il m’est impossible de le continuer sereinement… les zones d’ombre sont assez nombreuses et empêchent de vivre mon cheminement comme il doit se faire. Nous apprenons il y a peu que les résidents des Ehpad sont à présent prioritaires… Prioritaire ? Dès à présent ? Monsieur le ministre de la Santé, Mr Véran, après 2417 victimes du Covid-19 dans les Ehpad, vous placez enfin votre priorité sur les personnes les plus fragiles de France quand vous saviez que les personnes âgées et à risques étaient en première ligne ! Expliquez-nous pourquoi le Samu n’est pas venu jusqu’à maintenant lors des appels des médecins des établissements… Comment les Ehpad n’étaient pas équipés alors que celui de mon papa, par exemple, était mis en quarantaine 15 jours avant le confinement. Ils auraient dû être équipés en priorité comme ils l’ont toujours été. Trop de questions qui me hantent, qui hantent ma famille et sûrement de nombreuses autres familles auxquelles j’apporte mon plus grand soutien ! Je continue d’apporter mon soutien au personnel de santé et continue de les applaudir. Je peux vous assurer, pour avoir échangé avec eux, qu’ils ont fait avec ‘les moyens qu’ils avaient’… Cette phrase me fait mal. On lâchera pas, papa. Jamais sans réponses. Ton fils. Xavier.”