Affaire Mia : Rémy Daillet et sa famille, toujours à Singapour, n’ont pas embarqué pour Paris

0
56
placeholder

Le Français Rémy Daillet, soupçonné d’avoir contribué à l’enlèvement de la petite Mia, et sa famille, expulsés dimanche de Malaisie en direction de la France, n’ont pas embarqué pour Paris après une escale à Singapour, ont annoncé à l’AFP l’avocat de M. Daillet et une source malaisienne.

“Ils sont à Singapour, ils ne sont pas dans l’avion”, a déclaré Me Jean-Christophe Basson-Larbi à l’AFP. La compagne de M. Daillet, enceinte, “est hospitalisée, nous avons des craintes pour le bébé” et “M. Daillet et ses enfants sont sous la responsabilité des services de police de Singapour”, a-t-il ajouté.

Une source malaisienne a confirmé à l’AFP que Rémy Daillet, sa compagne Léonie Bardet et ses trois enfants de 17, 9 et 2 ans “n’ont pas embarqué” à bord du vol AF257 qui devait décoller de Singapour à 14H35 GMT (22H35 locales).

“La femme a été admise à l’hôpital en disant avoir des douleurs”, a précisé cette source.

Selon l’avocat de la famille, Léonie Bardet dispose de plusieurs certificats médicaux “qui attestent unanimement que sa santé ne lui permet pas de prendre l’avion”.

Rémy Daillet et sa famille avaient été arrêtés fin mai sur l’île touristique malaisienne de Langkawi où ils résidaient, les autorités malaisiennes invoquant l’expiration de leurs visas.

Rémy Daillet fait par ailleurs l’objet d’un mandat d’arrêt émis par un juge de la juridiction interrégionale spécialisée (Jirs) de Nancy dans le cadre de l’enquête sur l’enlèvement de la petite Mia, perpétré à la mi-avril dans un village des Vosges (Est de la France).

L’enfant avait été enlevée par plusieurs hommes de la mouvance complotiste et anti-système à la demande de sa mère, qui n’avait alors plus le droit de la voir seule.

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP.

logo AFP