Connectex avec nous

Brésil : six corps échoués au pied du Pain de Sucre de Rio

Pure Info

Brésil : six corps échoués au pied du Pain de Sucre de Rio

Six corps ont été découverts dimanche sur le rivage à proximité du téléphérique menant au Pain de Sucre de Rio, l’une des principales attractions touristiques du Brésil, ont annoncé les pompiers.

“Ils étaient coincés dans les rochers, sur la rive”, a précisé un porte-parole.

La police a ouvert une enquête sur cette macabre découverte et n’a pas encore révélé les causes de ces morts.

Des affrontements entre des gangs de trafiquants de drogue et la police ont éclaté vendredi dans cette zone inaccessible, située à proximité des immenses falaises du Pain de Sucre. L’intensité des fusillades a été telle qu’elle a entraîné une interruption provisoire du fonctionnement du téléphérique desservant l’attraction touristique.

La police militaire de Rio a confirmé avoir mené une opération dans des favelas sur les hauteurs du quartier de Leme, une zone touristique du sud de la ville proche de la célèbre plage de Copacabana.

Les membres de ces gangs armés ont fui vers la forêt puis se sont apparemment dirigés vers le rivage du Pain de Sucre, poursuivis par des policiers à jet skis et à bord d’hélicoptères.

Six fusils appartenant selon la police à ces trafiquants ont été saisis et présentés à la presse.

Près de deux ans après avoir accueilli les jeux Olympiques, Rio de Janeiro est en proie à une flambée de violences. Fin février, le président Michel Temer a confié à l’armée le commandement des forces de sécurité de Rio, sans avoir obtenu une réelle diminution de l’insécurité.

© 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP.

Plus dans Pure Info

Haut