Damien Laforce (Top Chef 2019) éliminé : “Je me suis senti en dessous…”

0
72

Mercredi 10 avril 2019, c’est le candidat Damien Laforce (23 ans) qui a été éliminé du concours culinaire Top Chef sur M6. Interrogé par Purepeople.com dans la foulée de son élimination, le jeune cuisinier qui a été le second de Florent Ladeyn (finaliste Top Chef 2013) et qui aspire à ouvrir bientôt son propre restaurant à Lille est revenu sur ce dénouement…

À lire aussi

Qu’avez-vous ressenti lors du verdict ?

Ce que j’ai ressenti, c’était plutôt avant le verdict. Durant cette dernière chance, je n’ai pas trop pris de plaisir. Le cochon, j’adore le travailler, le filet mignon beaucoup moins. C’était un petit peu compliqué et je me suis senti en dessous, je n’ai pas pris de plaisir, je suis quelqu’un d’assez sensible, j’aime travailler les produits que j’affectionne et ce n’était pas le cas. Du coup, avant le verdict, je n’avais pas de doute, c’est moi qui allais partir.

Avez-vous compris le choix des chefs ?

Oui, totalement. Il n’y a aucun souci, je le savais et je trouve même ça normal.

Cette dernière chance a été le moment le plus difficile pour vous durant la compétition ?

Cette dernière chance était l’un des moments les plus compliqués dans la compétition parce que même au niveau de la garniture, j’étais assez déçu de tomber sur du chou, j’aurais aimé faire une garniture un peu forestière. J’ai eu pas mal de circonstances qui ont fait que j’étais un petit peu déstabilisé et tout simplement moins bon.

Et le plus beau moment ?

C’était ma deuxième épreuve, je crois, la première où j’étais tout seul. J’ai réalisé un plat à base de cochon, de merlan et de choux pour Arnaud Donckele et Emmanuel Renaut et j’ai fini 2e. Le principal, ce n’est pas cette place de 2e, mais c’est d’avoir réussi à transmettre un message avec cet envoi, c’est ce que j’avais réussi à faire et du coup, j’en étais fier. Pour moi, c’était le plus beau moment.

Avez-vous gardé contact avec votre chef de brigade ?

Oui, je suis toujours en contact avec Philippe Etchebest. Je pense qu’il va continuer à m’épauler, à me donner des conseils et je n’hésiterai pas à le contacter.

Certains de vos camarades, comme Ibrahim, ont critiqué le montage… Qu’en pensez-vous ?

Le montage, ça fait partie de l’émission. De ce que je vois, la production a quand même un regard bienveillant sur nous et, après, il ne faut pas oublier une chose, c’est que quand on décide de parler, les mots sortent de notre bouche, personne ne nous fait parler. Ce qui est dit est dit. Ensuite, il y a un montage, mais dans tous les cas, ce qui passe à la télé, ça s’est passé en vrai. Il n’y a pas de triche !

Comment avez-vous vécu cette première expérience télévisée ? Des envies de poursuivre ?

Top Chef, je l’ai plus fait pour la cuisine que pour la télé ! (rires) La télé, c’est quand même cool parce qu’on arrive à tisser des liens avec les journalistes, les caméras, toutes les équipes qui sont autour parce qu’il n’y a pas que nous dans le programme, il y a aussi toutes les équipes qui sont derrière. Du coup, pourquoi pas faire une émission de télé de temps en temps, mais de manière moins intensive, qui durera moins longtemps parce que ma place avant tout, c’est dans ma cuisine, avec les produits que j’aime travailler. Mon équilibre, c’est ma cuisine et la nature. Le plateau télé ne rentre pas là-dedans.

Vous êtes sollicités pour des selfies… Comment vivez-vous cette notoriété ?

Les gens ne sont pas du tout agressifs, ils sont plutôt bienveillants, donc ça ne me dérange pas. Je sais que ce n’est qu’une question de mois, ensuite, ça va se tasser. Je le vis plutôt bien, moi ça ne me dérange pas. Si ça peut faire plaisir aux gens, c’est cool, c’est bon délire.

Qui soutenez-vous désormais dans la compétition ?

Je vais forcément soutenir la personne avec la cuisine que j’affectionne le plus, Alexia.

Vous étiez apprenti à L’Auberge du Vert Mont où Florent Ladeyn était votre chef. Vous a-t-il donné des conseils avant de vous jeter dans la compétition ?

Pas du tout ! Personne n’était au courant de ma participation, même pas mes parents. Je n’avais surtout pas envie d’être influencé. En plus, à l’époque de Florent, il n’y avait pas le concept des brigades dans l’émission, le concours a un petit peu changé. Ce n’est plus aussi individuel qu’avant, il y a beaucoup de travail d’équipe. Donc voilà, je n’en avais pas envie et en plus le concours a évolué.

Quels sont vos projets ?

Mon projet, c’est d’ouvrir mon établissement à Lille. Je vais l’ouvrir avant la fin de l’année. Ce sera un lieu de convivialité, de partage, de rires et d’échanges. Le concept, c’est que les gens vont pouvoir venir faire une balade en Flandre, une balade culinaire, dans un lieu cool où l’on vient comme on est, où l’on vient boire un coup entre amis et voilà c’est un lieu de fête. On servira une cuisine 100% terroir, 100% locale. Une bonne bière, des plats à partager et c’est parti !

Merci Damien !

Propos ne pouvant être repris sans la mention de Purepeople.com.