Connect with us

Face à l’urgence climatique, les grandes villes mondiales veulent montrer l’exemple

Dépêche

Face à l’urgence climatique, les grandes villes mondiales veulent montrer l’exemple

Les maires de grandes villes du monde sont réunis depuis mercredi à San Francisco pour évoquer ensemble les moyens de lutter contre le réchauffement climatique, et inviter les leaders de la planète à suivre leur exemple.

Une COP non officielle, pour montrer l’exemple aux dirigeants de la planète. Tel est l’objectif du Sommet mondial pour l’action climatique, dans le cadre duquel des maires et responsables régionaux du monde entier sont réunis depuis mercredi à San Francisco.

Objectif: discuter des moyens de lutter contre le changement climatique, et aiguiller les Etats dans une lutte efficace. Les chefs d’Etat et de gouvernement sont en effet les grands absents de ce sommet réunissant des acteurs non étatiques, tels que les maires, les ONG, les entreprises, les régions. Et mercredi, au premier jour de cette réunion, les représentants américains ont estimé qu’ils peuvent largement compenser le retrait du président Donald Trump de l’Accord de Paris. 

Les villes “peuvent changer les choses”

“La personne qui se trouve dans cet hôtel de ville est plus importante que le locataire de la Maison Blanche”, a ainsi lancé le maire démocrate de Los Angeles, Eric Garcetti, lors de cet événement organisé à la mairie de San Francisco, ville écologique modèle qui accueille ce premier sommet jusqu’à vendredi. Plus de 300 événements autour de la sensibilisation au réchauffement climatique sont organisés dans la ville californienne en marge du sommet. 

“Nous devons être radicaux”, a déclaré la maire de Paris, Anne Hidalgo, présidente de l’alliance C40 de près de 100 grandes villes qui se sont engagées à arriver à zéro carbone d’ici 2050. “Nous pouvons changer les choses”, a-t-elle dit, énumérant les pouvoirs des villes pour l’électricité propre, les transports en commun, les déchets et le recyclage, et les normes d’isolation des bâtiments.

Face à Trump, des villes américaines renforcent leur engagement

Le sommet, premier du genre avec plus de 4.000 délégués présents, s’est ouvert avec la publication d’un rapport qui devrait en réjouir certains et en alarmer d’autres, sur la trajectoire des émissions de gaz à effet de serre aux Etats-Unis.

D’un côté, l’étude montre que le pays devrait tenir les deux tiers de l’objectif fixé par Barack Obama et abandonné par Donald Trump après son arrivée au pouvoir début 2017, soit -17% d’émissions en 2025 par rapport à 2005, contre un objectif original d’au moins -26%. Le pays en est à -12% aujourd’hui.
    
L’autre façon de voir ce chiffre est que le pays manquera d’un tiers son objectif. Mais le rapport souligne que de nombreux Etats américains, principalement démocrates, et des centaines de villes ont depuis 2017 redoublé leurs engagements pour “décarboniser” leurs économies depuis l’annonce, par Donald Trump, du retrait de son pays de l’accord de Paris.

Mais le volontarisme écologique, aux Etats-Unis, est encore principalement l’apanage des démocrates, une limite du mouvement. “C’est le moment d’agir”, a dit la maire démocrate de Seattle, Jenny Durkan. Mais “il faut que le sujet devienne non partisan”, a-t-elle reconnu.

“On vient pour se voler des idées entre maires”

Le but du sommet est de montrer concrètement que l’activisme écologique des villes peut s’appliquer au reste du monde. Paris, Bonn, Pékin, Le Cap, Dacca, Dubaï, Mexico, Tokyo, des villes indiennes et sud-américaines sont représentées à San Francisco, dont des dizaines de maires. Tout comme des dizaines de responsables et ministres de provinces et régions du Brésil, du Mexique, d’Inde, d’Europe…

“On vient pour partager et se voler des idées entre maires”, a commenté le maire de Copenhague, Frank Jensen, qui prévoit d’arriver à zéro carbone en 2025.

Sont aussi présents des patrons de multinationales jouant les fers de lance de la transition écologique et qui s’engageront à passer, en quelques années, à 100% d’électricité propre. Une centaine d’investisseurs mondiaux ont aussi annoncé mercredi vouloir réorienter leurs investissements pour soutenir des projets liés au climat. De son côté, la Chine a envoyé une délégation de 120 personnes, dont Xie Zhenhua, le négociateur climat.

Continue Reading
You may also like...
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

More in Dépêche

To Top