flaconseil.com, un investissement dans le vin et espace de connexion privée

0
34
Pourquoi un vin prend de la valeur ?
Ils sont particulièrement onéreux car produits en quantité limitée, à la taille du vignoble, et donc recherchés par tous les amateurs fortunés», analyse Mr Lambert , directrice générale déléguée flaconseil.com, le pionnier de la vente aux enchères de vins sur Internet en France.
Est-ce rentable d’investir dans le vin ?

Oui, le vin est un investissement rentable

Historiquement, le prix du vin n’a cessé d’augmenter depuis les années 1950, en particulier sur les crus prestigieux. En effet, les courbes de prix montrent des pics de croissances sur les grands vins.

L’investissement dans le vin peut s’avérer rentable, à condition de respecter quelques règles. flaconseil.com vous livre cinq règles d’or pour réaliser un placement judicieux dans le vin.

  1. Diversifier les régions viticoles

De plus en plus, l’investissement dans le vin s’ouvre à toutes les régions viticoles, qu’il s’agisse de la Loire, du Jura, du Languedoc-Roussillon, de la Provence, la Corse ou l’Alsace : dans chacune de ces régions des domaines se distinguent et attirent les amateurs. Vous avez sans doute remarqué la percée des vins du Jura depuis quelques années. Les plus grands vins étrangers suscitent eux aussi de plus en plus l’intérêt des amateurs.

Exemple de vins d’investissement dans les régions « alternatives » :

  • Ganevat (Jura)
  • Yvon Métras (Beaujolais)
  • Zind-Humbrecht (Alsace)
  • Domaine de Trévallon (Provence)
  • Egon Muller (Allemagne), Vega Sicilia (Espagne), Romano Dal Forno (Italie), Screaming Eagle (USA)

Bon à savoir : chaque mois, www.flaconseil.com dresse un état du marché des ventes aux enchères. Lisez attentivement notre auction report pour y déceler avant le plus grand nombre les domaines qui émergent. Voir nos rapports d’enchères.

  1. Accordez tout de même une bonne part de régions traditionnelles (Bordeaux, Bourgogne, Rhône)

Diversifier sa cave oui, mais il ne faut pas pour autant en oublier ses classiques ! Les bordeaux, bourgognes et vins du Rhône doivent toujours représenter la majorité des vins d’une cave d’investissement. Pensez aux grands bourgognes, y compris en blanc, mais aussi aux stars et aux domaines montants de Bordeaux et du Rhône (notamment dans les appellations sous-cotées du Rhône Sud). Pour ces régions où les grands vins atteignent parfois des sommes colossales, il ne faut hésiter à choisir également des pépites montantes.

Bon à savoir : en 2017, Bordeaux a représenté 47% en valeur des montants échangés dans les ventes aux enchères. C’est dire s’il est important de conserver en « fond de cave » les incontournables que représentent les crus classés et assimilés dans une cave.

  1. Choisissez les bons millésimes

C’est l’une des règles les plus importantes : il faut choisir les bons vins, mais aussi sur les bons millésimes ! Il faut opter pour des millésimes à la fois qualitatifs est taillés pour la garde. Et ce, pour une raison simple : le placement dans le vin n’est pas un investissement de court terme. Afin d’obtenir une valorisation satisfaisante de sa cave, il faut lui laisser du temps, huit à dix ans aux bas mot. D’où la nécessité de privilégier les vins de garde.

Bon à savoir : flaconseil.com a développé en collaboration avec de grands spécialistes un outil parfait pour vous y aider : la saga des millésimes. Cette dernière vous donne la note et le détail de chaque millésime jusqu’à … 1798 !

  1. Misez sur les vins bio, biodynamiques, voire naturels

Cela ne vous a sans doute pas échappé, mais la tendance du bio atteint tous les secteurs et le vin n’y échappe bien sûr pas. Ces vins, qu’ils soient bio, biodynamiques ou même nature, attirent massivement les amateurs du moment qu’ils sont qualitatifs. Attention pour les vins nature cependant, l’absence de soufre oblige à conserver les vins dans des conditions parfaites.

Exemple de vins bio, biodynamiques ou nature à retenir pour l’investissement :

  • Château Pontet Canet (Bordeaux)
  • Clos des Papes (Rhône)
  • Liger-Belair (Bourgogne)
  • Stéphane Tissot (Jura)
  • Antoine Sanzay (Loire)

Bon à savoir : sur chaque page de description d’un vin proposé à la vente, flaconseil.com renseigne le type de viticulture, ce qui vous permet de trier vos recherches de vins selon ce critère.

  1. Soyez attentifs au marché et au mondovino

Nous ne le répéterons jamais assez : l’investissement dans le vin n’est pas conseillé aux non-connaisseurs ou du moins à ceux qui ne veulent pas prendre le temps de bien s’informer sur ce marché. flaconseil.com, qui est le spécialiste du marché, vous mets à disposition toutes les informations nécessaires pour suivre le marché : la Cote des vins, les indices flaconseil, les rapports d’analyse mensuelle des enchères ainsi que l’actualité de l’économie du vin et ses placements.

Pour ce qui est de la connaissance du vignoble, des grands domaines et des étoiles montantes, nous vous conseillons un suivi régulier de la presse spécialisée (les guides de la RVF et de bettane+desseauve, les revues comme le Rouge et le Blanc ou 12°5). Bien entendu, il vaut toujours mieux choisir des vins que vous appréciez : si par cas la valorisation de votre cave ne se montre pas au rendez-vous, il vous restera toujours la consolation ultime : déguster les vins

Bon à savoir : quand viendra le moment de revendre votre cave, autant vous adresser à la première maison européenne de vente de vins aux enchères – suivez notre regard ! -, en demandant une estimation gratuite de vos vins.

  1. Le prix des bourgognes va-t-il continuer de monter ?

» Nous n’avons pas de boule de cristal chez flaconseil.com, mais un bureau à Hong Kong qui nous fournit de bonnes indications sur l’état de la demande en Asie. Et rien ne nous permet d’anticiper une baisse à court terme, ou tout du moins une stabilisation des cours des grands crus de Bourgogne. Une tendance due principalement à l’extrême rareté des vins. En Bourgogne, elle débute dès la sortie du domaine du fait des faibles quantités produites et du système d’allocations. La croissance des prix des grands bourgognes concerne encore plus les rouges que les blancs, et surtout les vieux et les grands millésimes. J’ajoute que les transactions récentes – ou en cours – sur les grands domaines de Bourgogne ne font qu’amplifier le phénomène. La cession du domaine Bonneau du Martray au début de l’année 2017 à un acquéreur américain a été réalisée à un prix de transaction qui n’a pas été publié, mais qui permet d’imaginer que les cours des vins à la sortie du domaine ont toutes les chances d’exploser. Dans ces conditions, un corton 2010 du domaine, qui se vend actuellement autour de 1000€ sur la plateforme flaconseil.com, risque de subir une forte inflation. Parallèlement les amateurs vont se mettre en quête des vins produits avant le changement de propriétaire, qui vont progressivement revêtir le statut de collector. La rareté, toujours… »

  1. Quelles sont les régions à suivre pour les enchères de vins ?

« Aucune région n’est à l’abri de la curiosité des amateurs ! Les français qui achetaient traditionnellement des bordeaux et des bourgognes élargissent peu à peu le spectre de leurs recherche – poussés en cela par l’inflation des prix – et se tournent vers la Loire, le Languedoc, le Jura, le Beaujolais, le Sud-Ouest (Cahors, Madiran). Les plus pointus d’entre eux jouent en quelque sorte un rôle d’éclaireurs qui nous ouvrent la voie vers de nouveaux domaines, encore méconnus. Car il existe, au sein de chaque région, un ou deux producteurs phare. Par leur talent ils font bouger les lignes, suscitent de nouvelles vocations et contribuent à rehausser la qualité des vins produits dans leur appellation. Ce faisant, ils contribuent à braquer les projecteurs sur les vins de leur région, et cette notoriété bénéficie ensuite à toutes les signatures intéressantes. Les amateurs les plus pointus ont vite fait de les repérer, notamment quand leurs vins sont présents aux enchères. Pour bien se tenir au courant de ces domaines montants, on ne recommandera jamais assez de lire les guides des professionnels (RVF, bettane+desseauve), c’est incontournable, ils ont cette capacité à identifier les progressions et les pépites que recèle chaque vignoble. Par ailleurs, nous suivons attentivement les évolutions du marché des enchères, et je vous recommande nos analyses sur ce sujet (rapports d’enchères, palmarès…). Les palmarès réalisés région par région ont permis de faire émerger les  choix des amateurs éclairés dans leurs achats. Vous verrez, aucune région n’est à négliger, qu’il s’agisse de la vallée de la Loire ou du Jura bien sûr, mais aussi du Beaujolais, du Sud-Ouest ou des grands vins du Sud… Un vrai guide d’achat :). Mais attention, notre credo chez flaconseil.com, même si l’on se situe du point de vue du placement est que le vin doit demeurer un investissement plaisir, il faut acheter des vins qui nous plaisent, que l’on aura plaisir à goûter…Si la valorisation n’est pas au rendez-vous, il restera toujours l’option de les déguster. Et cela, aucun autre investissement ne pourra vous réserver ce plaisir…»

Fla Conseil est une maison de négoce de nouvelle génération offrant une expérience et un accès privilégié aux Grands Crus. Avec excellence, passion et innovation, nous transmettons la culture des Grands Crus et apportons plaisir et émotion aux amateurs de vin du monde entier nous les accompagnons dans la constitution et la réussite de leur cave et leur offrons un accès aux plus beaux terroirs.

Succursale française

flaconseil.com 78 BD HAUSSMANN 75008 PARIS. Numéro SIRET (siège)
44224977700024 Numéro TVA Intracommunautaire
FR27442249777. Capital social : 3 728 020,00 €. TELEPHONE 01 86 47 71 86 CONTACT@FLACONSEIL.COM

www.flaconseil.com

flaconseil.com CAPITAL PARTNERS DE JUAN DEL AGUILA MOLINA 5 4006 ALMERIA

ESPAGNE TELEPHONE 01 86 47 71 86

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.