Un juge a statué que l’aveu d’un présumé meurtrier en Alberta ne pourra être utilisé en cour à son procès parce que la Gendarmerie royale du Canada (GRC) lui avait refusé l’accès aux toilettes pendant son interrogatoire.

Joshua Frank et Jason Klaus font face à trois chefs d’accusation de meurtre au premier degré relativement au décès en décembre 2013 de Gordon, Sandra et Monica Klaus – un couple et leur fille.

Plus tôt cette semaine, des enregistrements vidéo des interrogatoires de Joshua Frank ont été diffusés en cour dans le cadre d’une audience pour déterminer s’ils étaient admissibles.

Joshua Frank avait avoué aux enquêteurs que dans le mois suivant les décès, Jason Klaus lui avait versé entre 3500 et 4000 $ pour avoir perpétré les meurtres et pour avoir gardé le silence.

L’avocate de Joshua Frank, Andrea Urquhart, a plaidé que l’aveu de son client avait été fait dans des conditions abusives, notamment parce que les enquêteurs avaient refusé qu’il aille aux toilettes.

Le juge Eric Macklin, qui préside le procès avec jury, a donc statué vendredi que l’aveu n’était pas admissible.

Pendant son entrevue avec la police, Joshua Frank avait raconté en pleurant que M. Klaus l’avait agressé sexuellement pendant des années depuis qu’il avait 14 ans.

Il avait finalement admis qu’il avait abattu les trois personnes.

Pendant l’interrogatoire, M. Frank avait demandé cinq fois d’utiliser la salle de bain, ce à quoi n’ont jamais répondu les enquêteurs.

Les restes du couple et de leur fille avaient été retrouvés dans la ferme familiale près de la ville de Castor. Les victimes étaient des membres de la famille de Jason Klaus. Les déclarations de M. Klaus, elles, ont toutes été admises en preuve.

La Presse Canadienne

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.