Connect with us

Les principaux blocages de raffineries depuis 25 ans

Pure Info

Les principaux blocages de raffineries depuis 25 ans

Bloquer des raffineries ou dépôts de carburants, comme le font depuis dimanche des agriculteurs en colère contre les importations d’huile de palme, est un mode d’action souvent pratiqué, notamment par les routiers et les salariés du secteur pétrolier.

Les principaux blocages depuis 25 ans:

– 2017: contre la réforme du code du travail –

Les 25 et 26 septembre 2017, des chauffeurs routiers salariés bloquent de nombreuses raffineries et dépôts de carburants à travers la France, à l’appel de FO et de la CGT pour protester contre la réforme du Code du travail projetée par Emmanuel Macron. Le Parlement autorisera le gouvernement à légiférer par ordonnances en ce domaine.

– Mai 2016: contre la loi Travail –

La contestation contre la loi Travail de la ministre Myriam El Khomri se traduit par un blocage des raffineries par des routiers grévistes et débouche sur une pénurie dans les stations-service. Le 23 mai, six raffineries sur huit sont affectées par le mouvement et plusieurs dépôts de carburants bloqués.

Le 26 mai, un cinquième des 11.500 stations-service de France sont totalement ou partiellement à sec. La situation revient progressivement à la normale à partir du 28 mai. La loi sera votée à l’été.

– 2010: contre la réforme des retraites –

Dans le cadre du mouvement de protestation contre la réforme des retraites, des salariés des raffineries bloquent à partir de la mi-octobre le fonctionnement des sites, finissant par mettre à sec un quart des stations-service du pays.

Les forces de l’ordre interviennent parfois pour débloquer l’entrée des sites et les préfets prennent des arrêtés pour réquisitionner du personnel dans certains dépôts pétroliers.

L’adoption définitive au Parlement de cette réforme qui repousse de deux ans à 62 ans l’âge légal de départ à la retraite, met fin au mouvement à partir du 27 octobre.

– 2000, 2004 et 2008: contre le gazole cher –

Des agriculteurs et pêcheurs protestent contre la flambée des prix du gazole et bloquent ponctuellement certains dépôts de carburants et raffineries en mai 2008.

Des jeunes agriculteurs qui réclament une détaxation du fioul à usage agricole bloquent ponctuellement plusieurs raffineries et dépôts pétroliers en octobre 2004.

En septembre 2000, des routiers, agriculteurs, ambulanciers et chauffeurs de taxi interdisent l’accès à des raffineries et dépôt de pétrole pour protester contre la hausse des prix du carburant. Le 7 septembre 200, 80% des stations- service Elf et Fina sont en rupture totale ou partielle. Une baisse de taxe pétrolière (TIPP) met fin au mouvement.

– 1997: pour des hausses de salaires –

Du 2 au 7 novembre 1997 : les chauffeurs routiers qui demandent une revalorisation de leurs salaires, bloquent l’approvisionnement des deux tiers des 18.000 stations-service. Un accord entre syndicats de routiers et patronat qui prévoit une hausse des rémunérations met fin au conflit.

– 1996: pour la retraite à 55 ans –

Du 18 au 30 novembre 1996: les chauffeurs routiers salariés dressent des barrages partout en France pour réclamer la retraite à 55 ans et le paiement de toutes les heures travaillées.

Au plus fort du mouvement, l’approvisionnement de 5.000 stations-service est bloqué. Une cinquantaine de départements prennent des mesures de réquisition et rationnement. Les négociations entre patronat et salariés aboutissent à une victoire quasi-totale des salariés.

– 1992: contre le permis à point –

Du 30 juin au 8 juillet 1992: pour protester contre le nouveau permis à points, les routiers bloquent plusieurs millions d’automobilistes sur la route des vacances et différents dépôts d’essence. Un accord sur l’aménagement du permis à points et des engagements sociaux met fin au mouvement.

© 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP.

More in Pure Info

To Top