L’ex-président algérien Bouteflika est mort, réactions ambivalentes

0
14
placeholder

L’ancien président Abdelaziz Bouteflika, chassé du pouvoir en 2019 après 20 ans à la tête de l’Algérie, s’est éteint à l’âge de 84 ans, un décès qui a suscité samedi des réactions embarrassées des autorités et mitigées de la rue.

Omniprésent durant deux décennies mais quasi invisible depuis un accident vasculaire cérébral en 2013, Abdelaziz Bouteflika, qui détient un record de longévité au pouvoir (1999-2019), est décédé vendredi dans sa résidence à Alger.

Il n’avait donné aucun signe de vie depuis que les manifestations du mouvement pro-démocratie Hirak et l’armée l’avaient contraint à la démission le 2 avril 2019.

La présidence s’est contentée dans un premier temps d’un communiqué laconique annonçant son décès, “à son lieu de résidence à 22H00” locales.

Et il lui a fallu plusieurs heures pour qu’elle réagisse et décrète la mise en berne du drapeau national “pendant trois jours”. Une décision prise par le président Abdelmadjid Tebboune, après “le décès de l’ancien président, le Moudjahid (combattant de l’indépendance, ndlr) Abdelaziz Bouteflika”, selon un communiqué présidentiel.

Le défunt sera inhumé dimanche au grand cimetière d’El Alia, à l’est d’Alger, après la prière de midi (après 13h00 locales, 12H00 GMT), a annoncé en soirée la télévision d’Etat.

Elle n’a évoqué que brièvement dans son journal télévisé les principales étapes du parcours politique de près de 60 ans de l’ex-président.

C’est à El-Alia que reposent tous ses prédécesseurs, aux côtés des grandes figures et martyrs de la guerre d’indépendance (1954-1962).

– “Il mérite du respect” –

Selon des témoins, des préparatifs pour les obsèques sont en cours aux alentours du Palais du Peuple, bâtiment d’apparat du centre d’Alger, pour accueillir la dépouille de l’ex-président, avant son enterrement.

Le frère d’Abdelaziz Bouteflika, Saïd, actuellement en prison, a été autorisé à assister aux obsèques de M. Bouteflika, a déclaré son avocat, Me Salim Hadjouti, au site d’informations en arabe SabqPress.

Signe de l’embarras des autorités, les médias officiels n’ont évoqué que par des brèves le décès de l’ancien président, sans lui consacrer d’émissions spéciales, contrairement à ses prédécesseurs. Les radios ont continué de diffuser de la musique et du divertissement.

Les atermoiements autour de l’organisation des obsèques illustrent aussi, selon des observateurs, des craintes de manifestations hostiles.

Pour le politologue Mansour Kedidir, “à plus d’un titre, Abdelaziz Bouteflika, chef de la diplomatie pendant 14 ans, président pendant 20 ans, a marqué l’histoire du pays depuis l’indépendance nationale”.

Décrivant un personnage “exubérant et fougueux”, “excellant dans le verbe”, il a estimé qu'”à l’instar des anciens présidents décédés, il mérite du respect et un certain égard”.

Dans la rue, les Algériens sont, eux, partagés sur son héritage.

“Il ne mérite aucun hommage car il n’a absolument rien fait pour le pays”, a déclaré à l’AFP Rabah, un marchand de fruits et légumes à El Achour, sur les hauteurs de la capitale.

– “Vie dorée” –

Pour Malek, un employé des télécommunications, l’ex-président “a été incapable de réformer le pays en dépit de son long règne”.

“Il a eu droit à une vie dorée, y compris depuis qu’il a été évincé du pouvoir. Mais force est de constater que son héritage n’est pas des plus reluisants”, abonde Mohamed, un menuisier de 46 ans.

Depuis sa démission en avril 2019, celui que les Algériens appelaient familièrement “Boutef” s’était enfermé dans sa résidence médicalisée de Zeralda à Alger, où il a continué à jouir de tous les privilèges, selon des médias.

Au contraire, d’autres Algériens interrogés trouvent que le pays s’est amélioré durant sa présidence, mettant à son crédit par exemple le processus de réconciliation après la décennie noire de guerre civile de 1992 à 2002 (200.000 morts).

“Il était reçu dans n’importe quel pays du monde”, ajoute Amer, 46 ans, plongeur dans un restaurant, en référence à son passé d’ancien chef de la diplomatie des présidents Ahmed Ben Bella et de Houari Boumedienne.

Si la communauté internationale est restée largement silencieuse, le roi du Maroc Mohammed VI a adressé samedi un message de “condoléances et de compassion” au président algérien Abdelmadjid Tebboune à la suite du décès d’Abdelaziz Bouteflika, ainsi qu’à la famille du défunt.

“En cette douloureuse circonstance, SM le Roi exprime au Président algérien et, à travers lui, à la famille du défunt et au peuple algérien frère, Ses vives condoléances et Sa sincère compassion”, affirme ce message diffusé par l’agence de presse MAP, alors que les deux pays voisins et rivaux du Maghreb traversent une grave crise diplomatique.