Virus: mesures drastiques en Angleterre, la Chine teste les 9 millions d’habitants d’une ville

0
49

Avec des hôpitaux au bord de la saturation, l’Angleterre a haussé d’un cran lundi ses mesures anti-Covid, au moment où en Chine les autorités lançaient une campagne massive de dépistage dans une importante ville portuaire.

Face à la résurgence inquiétante de la pandémie, en particulier dans le Nord-Ouest, le gouvernement britannique a décidé notamment de fermer les pubs à Liverpool et de réactiver trois hôpitaux de campagne mis en place au printemps et depuis mis en pause.

Le Premier ministre Boris Johnson a présenté un nouveau système d’alerte à trois niveaux, “moyen”, “élevé” et “très élevé”, censé simplifier à partir de mercredi le patchwork actuel de restrictions pour l’Angleterre. Les autres nations du Royaume Uni sont compétentes pour appliquer leur propre dispositif.

– “Chemin étroit”

“Je sais combien c’est difficile mais nous ne pouvons pas laisser tomber le service national de santé quand des vies sont en jeu”, a plaidé le Premier ministre conservateur.

“Ce n’est pas comme cela que nous voulons vivre, mais c’est le chemin étroit que nous devons tracer entre les dégâts socio-économiques d’un confinement complet et le coût économique d’une épidémie hors de contrôle”, a-t-il justifié.

Le nombre de personnes hospitalisées avec le Covid-19 en Angleterre est désormais supérieur à ce qu’il était lorsque le confinement a été décrété fin mars. Dans les régions les plus touchées, dans le Nord-Ouest, les services hospitaliers qui ne sont pas directement chargés de l’épidémie commencent à voir leur fonctionnement affecté.

Pour aider le système de santé à faire face, trois des vastes hôpitaux de campagne mis en place en catastrophe au printemps ont reçu l’instruction “de se mobiliser pendant les prochaines semaines pour être prêts à accueillir des patients si nécessaire”, a annoncé le directeur médical du service de santé pour l’Angleterre Stephen Powis.

En Chine, où la pandémie avait largement reflué après y être née à la fin de l’an dernier, la découverte de six cas dans la ville de Quingdao (Est) a poussé les autorités à décréter une campagne massive de dépistage.

Les neuf millions d’habitants de la métropole seront soumis à ces tests dans les cinq jours.

Selon les autorités sanitaires locales, toutes les personnes contaminées semblent avoir un lien avec un hôpital de la ville qui traite des patients du Covid-19. Mais le foyer d’infection n’est pour le moment pas connu.

En Malaisie, de nouvelles restrictions importantes ont été annoncées lundi. Elles seront appliquées à partir de mercredi dans la capitale Kuala Lumpur, l’Etat de Selangor voisin et la capitale administrative Putrajaya, ainsi que dans l’ensemble de l’Etat de Sabah, sur l’île de Bornéo.

Les écoles et les lieux de culte seront fermés et les citoyens seront autorisés à quitter leur domicile seulement pour des tâches essentielles comme pour faire les courses.

Depuis son apparition en Chine, la pandémie a fait au moins 1.075.493 morts dans le monde selon un bilan établi par l’AFP lundi.

– “Alerte maximale” –

En France, deux nouvelles grandes villes, Toulouse et Montpellier, dans le Sud, vont être placées à partir de mardi en “alerte maximale”.

Le pays est “dans une deuxième vague forte” de l’épidémie et “il ne peut plus y avoir de relâchement”, a déclaré lundi le Premier ministre, sans exclure si nécessaire des reconfinements localisés. “Un reconfinement général”, dont “les conséquences sont absolument dramatiques”, “doit être par tous moyens évité”, a précisé Jean Castex.

Les nouvelles contaminations (plus de 16.000 au cours des dernières 24 heures) ne cessent d’augmenter, de même que les admissions en réanimation (1.483 patients dimanche, un record depuis mai).

En revanche, l’Italie, premier pays touché en Europe, envisage d’alléger son protocole sanitaire anti-Covid-19 en réduisant notamment la quarantaine à dix jours.

Au total, plus de 37,4 millions de cas d’infection ont été officiellement diagnostiqués dont au moins 25.827.919 sont guéris, selon un bilan établi par l’AFP lundi.

L’Inde a franchi dimanche le seuil des 7 millions de cas, un chiffre qui se rapproche de celui atteint par les Etats-Unis.

Face à une pandémie d’une telle ampleur, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a jugé inenvisageable de laisser le virus circuler librement dans la société pour que la population accède, comme certains l’ont suggéré, à l’immunité collective.

“Jamais dans l’histoire de la santé publique, l’immunité collective n’a été utilisée comme stratégie pour répondre à une épidémie, et encore moins à une pandémie. C’est scientifiquement et éthiquement problématique”, a déclaré son directeur, Tedros Adhanom Ghebreyesus.

“Laisser libre cours à un virus dangereux dont nous ne comprenons pas tout est tout simplement contraire à l’éthique. Ce n’est pas une option”, a-t-il insisté.

Aux Etats-Unis, pays du monde le plus endeuillé avec plus de 214.000 décès et 7,7 millions de cas, le président Donald Trump, 74 ans, s’est déclaré dimanche “immunisé”, après avoir été hospitalisé la semaine dernière.

Il entame lundi un marathon de meetings avec l’espoir de rattraper son retard sur Joe Biden d’ici l’élection du 3 novembre.

© 2020 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP.