Yvan Attal : Sa “relation compliquée” avec son fils Ben

0
378

La famille est de retour au cinéma ! Le mercredi 30 octobre 2019, Yvan Attal dévoile au public français son nouveau film, sa 8e intervention en tant que réalisateur, Mon chien stupide. Dans ce long métrage tiré du roman de John Fante, il a décidé de remettre Charlotte Gainsbourg, son épouse, en scène, ainsi que leur fils Ben. Une collaboration qui a fait le plus grand bien au duo père-fils, qui n’entretenaient pas des liens très étroits. “On a eu une relation compliquée à son adolescence, explique-t-il au magazine Gala. Mais jamais l’amour n’a été remis en question. Je suis d’une infinie reconnaissance envers Ben, il m’a fait m’améliorer d’une manière inimaginable, réfléchir, changer d’avis, identifier des choses me concernant. Je suis très fier de lui, je l’aime, je le trouve beau, généreux“.

À lire aussi

Ce n’est pas vraiment une première, le jeune homme ayant participé à plusieurs tournages de son père, de Ma femme est une actrice au Brio, en passant par Ils se marièrent et eurent beaucoup d’enfants. Petite nouveauté au tableau : Yvan Attal a choisi de mettre en lumière, dans Mon chien stupide, leur plus grand sujet de discorde… la consommation de marijuana. Une petite habitude qui a créé des scènes plutôt rocambolesques, comme le racontait Charlotte Gainsbourg sur le plateau d’On n’est pas couché. “J’ai fait une tournée et je suis allée à Amsterdam. Comme par hasard, mon fils a voulu me rejoindre à Amsterdam, racontait-elle sur France 2. Il m’a fait manger un space cake. Et c’est traître. J’ai honte encore aujourd’hui de comment j’ai réagi parce que j’ai eu un très mauvais bad trip. Donc j’avais ce souvenir dont j’ai pu me servir.

J’ai hâte qu’ils s’en aillent

Tout va désormais pour le mieux dans le meilleur des mondes. Papa et maman ont tenté de comprendre les addictions de leur fils, et la petite bande a tourné ensemble pour offrir au public français un joli moment de comédie. Pour autant, Yvan Attal songe déjà à l’avenir, et notamment au moment où il se retrouvera enfin à la maison sans enfant, ni Ben – qui étudie la cuisine chez Ferrandi –, ni Joe, ni Alice. “Je me dis parfois que j’ai hâte qu’ils s’en aillent, qu’ils fassent leur vie, que je retrouve un peu la mienne, conclut-il auprès de Gala. Presque une nouvelle jeunesse, avec Charlotte, comme avant qu’ils n’arrivent.” Plus que quelques années, à moins que l’un d’entre eux ne songe à un remake du film Tanguy

Retrouvez l’interview intégrale d’Yvan Attal dans le magazine Gala, numéro 1377, du 31 octobre 2019.