Audrey Lamy maman angoissée pour son fils : elle dévoile ce qu’elle craint pour lui

0
41

A 41 ans, petite fille au prénom récemment dévoilé, Alma, née en août 2021. Auparavant, de son histoire d’amour avec Thomas Sabatier, la comédienne avait accueilli un petit garçon, Léo, né en juin 2016. Sincère, elle reconnaît que sa nature stressée a forcément évolué en devenant mère…

Longuement interrogée par Paris Match en pleine promotion de son nouveau film intitulé La Brigade, Audrey Lamy a volontiers admis qu’en dépit de son succès professionnel et de sa vie intime bien remplie, elle reste “une grande stressée“. L’ex-vedette de la série Scènes de ménages raconte : “Chez moi, tout peut être une source de stress, et encore plus depuis que je suis mère… On s’inquiète en permanence. J’ai peur que mon fils ne se fasse pas d’amis, qu’il soit pas invité aux goûters d’anniversaire, peur de ne pas lui consacrer assez de temps… La seule manière pour me déstresser, c’est de tout anticiper.

Audrey Lamy, qui se débrouille pour mener de front vie pro et perso – elle est notamment attendue l’an prochain dans Astérix et Obélix : L’Empire du Milieu -, ajoute que son fils Léo a seulement pris conscience depuis peu que les absences de sa maman sont liées à son métier d’actrice. “En ce moment, il me répète souvent : ‘Audrey Lamy, est-ce que je peux avoir un autographe, s’il vous plaît ?’ Et lorsqu’on m’arrête dans la rue, il me dit : ‘Maman, tu as de la chance, les gens t’aiment trop !’“, raconte la star, émue et fière.

Son petit garçon comprend un peu ce que fait sa maman et a même vu “pour la première fois” un de ses films : Le trésor du petit Nicolas. “J’espère qu’un jour il regardera La brigade et sera fier de voir que sa mère joue des rôles engagés. Je ne fais pas de politique, mais les films que je choisis parlent pour moi. J’espère que celui-là parviendra à faire changer le regard que l’on a sur ces mineurs non accompagnés (…) Je suis mère et j’ai envie de donner espoir à toute cette jeunesse d’aujourd’hui, qui ne peut plus vivre dans l’insouciance après deux ans de Covid puis la guerre en Ukraine…“, ajoute-t-elle.

Paris Match, édition du 24 mars 2022.