La sculpture d’un cygne noir a inquiété les investisseurs chinois

0
1550

La sculpture d’un cygne noir a été retirée quelques heures seulement après son installation en face des bureaux du régulateur chinois de la Bourse…

L’animal en bronze peint, conçu par l’artiste chinois Guo Jian, a été installé tôt lundi dans un centre commercial pékinois situé juste en face des bureaux de la Commission de régulation des marchés financiers. Sauf que cette sculpture met en scène l’emblème, dans le jargon financier, d’un événement inattendu susceptible d’ébranler les marchés.

La sculpture du «cygne noir». Photo Guo Jian
La sculpture du «cygne noir» un artiste chinois . Photo Guo Jian

Peu après dans la journée, des employés du centre commercial le couvraient d’un grand drap sombre et l’emportaient, a indiqué le quotidien Fazhi Wanbao.

L’oiseau a, en effet, suscité les inquiétudes du monde financier local, visiblement superstitieux. Cette aversion pour les cygnes noirs a fait réagir les internautes chinois notamment sur le réseau social Weibo.

Le «cygne noir» est le nom donné par le philosophe Nassim Taleb à un événement imprévisible, peu probable, mais qui, s’il a lieu a des conséquences considérables et dévastatrices. Concernant les marchés financiers, l’expression avait fait florès lors de la crise de 2008.

En Chine, les investisseurs restent traumatisés par l’effondrement spectaculaire, à l’été 2015, de la Bourse de Shanghai, qui avait perdu plus de 40% de sa valeur en trois mois, sur fond de panique générale.

L’artiste Guo a confié qu’il n’avait absolument pas songé aux marchés financiers lorsqu’il a conçu son «cygne noir», inspiré par l’art nippon de l’origami (papier plié).

Ce n’est pas la première fois que d’innocentes sculptures animales sèment le grabuge: début 2016, le même centre commercial de l’ouest de Pékin avait dévoilé les sculptures de deux ours, personnages d’un dessin animé. Or, un «bear market» («marché ours») désigne en anglais – comme en mandarin – une Bourse orientée à la baisse où les prix ne cessent de s’enfoncer.

Pureactu avec AFP

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.